.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 685
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Mar 26 Sep 2017 - 15:51



A demon ends two lives with a claw blow



Depuis trois semaines environ je vis chez Iris grâce à Nana Rose. Il faut que je vous raconte. Un soir je suis rentré chez mon grand-père et j’ai appris qu’il a fouillé dans mes affaires. Il a vu mon ventre et s’est posé des questions alors il a tout simplement fouillé dans ma chambre ! Et il est tombé sur une échographie… Il a compris que j’étais enceinte et cela ne lui a pas plu du tout. Je n’ai rien pu dire… Quand je suis arrivée il avait déjà préparé un sac avec mes affaires devant la porte d’entrée… Il m’a mise à la rue en me traitant de trainée et en ajoutant que j’étais la honte de la famille… Mon premier réflexe a été de me rendre à la maison de repos voir Nana Rose… Je n’ai pas réfléchi je suis juste allée la voir. Elle a compris qu’il s’est passé quelque chose de grave. J’ai donc tout raconté. J’avais juste besoin de soulager mon cœur et d’en parler à quelqu’un d’autre que Jessyka. Bizarrement ma grand-mère a été heureuse ! Même de savoir que l’enfant est de Samuel, mon… Enfin son petit-fils. J’ai pleuré dans ses bras et j’ai été soulagée. Vous n’imaginez même pas à quel point cela m’a fait du bien… Enfin quelqu’un qui accepte ma situation et qui ne me fait pas une leçon de morale. J’avais juste besoin de cela… Ensuite elle a appelé Iris, en sachant que ma relation avec Jessyka n’est pas encore au mieux de sa forme et m’a annoncé que je peux aller vivre au couvent jusqu’à ce que je trouve quelque chose. Je suis restée encore un peu avec elle et puis j’ai filé chez Iris… Elle m’a accueillie pas froidement mais presque. Elle a encore en travers ce que j’ai fait à sa petite fille et je la comprends parfaitement. Mais en voyant mon ventre elle a dû me prendre en pitié et m’a vite fait entrer pour me mettre au chaud. Elle n’a pas posé de questions, elle n’a vraiment rien demandé et je l’en remercie… Je n’aurais pas été capable de lui dire la vérité.

Et donc me voilà maintenant au couvent. Un mois a passé depuis le petit règlement de compte avec Jessyka. Les choses s’améliorent un peu, bon ce n’est pas encore ça mais au moins on ne se déteste plus et on arrive à rester dans la même pièce ensemble. On va même aller faire les boutiques ensemble aujourd’hui pour mon bébé et pour moi. Je sais qu’elle ne veut pas que je parle de ma grossesse ni rien mais a l’air d’avoir accepté que j’aurais malgré tout mon Samael. D’ailleurs hop hop hop Alyssa c’est l’heure de se préparer. J’enfile mon haut moulant en souriant et met mon pantalon de grossesse. Jessyka était déjà prête quand je suis arrivée. Nous sommes donc allées faire les magasins. La tension entre nous a l’air de tomber un peu, cela fait du bien. Enfin une journée quasiment normale ! Surtout qu’aujourd’hui je n’ai pas de saut d’humeur pour l’instant, ça fait du bien de ne pas virer folle !

Dans les boutiques j’ai acheté deux robes moulantes à souhait pour moi. Et j’ai craqué sur plein de vêtements de bébé… Et aussi quelques peluches trop mignonnes. Il y avait un petit renard… J’étais obligée de le prendre… Ah et j’ai acheté des soutien gorges pour l’allaitement… Oh mon dieu comment je ne trouve pas ça sexy. On a fini par faire une pause pour qu’on puisse manger. Il faut dire que j’ai tout le temps faim en ce moment mais je ne mange pas correctement… Je laisse mes envies prendre le dessus. Et puis nous avons pris la direction du couvent. Nous sommes restées presque quatre heures dans les magasins… Je n’ai pas vu le temps passer mais je pense que Jessyka oui… Dans la rue je sors donc un petit paquet pour elle… J’ai acheté dans son dos un petit bracelet en argent. Un autre pas vers elle pour montrer que je veux vraiment faire des efforts, même si je sais qu’on n’achète pas l’amitié hein, c’est juste que je voulais lui faire un cadeau de remerciement…

- Jess… Je voulais juste te dire merci… Merci d’être venue avec moi mais surtout d’être encore à mes côtés malgré tout… Et je voulais savoir si… Euh… Tu veux être la marraine de Samael ?

Voilà c’est dit, j’ai enfin osé demander. Même si je sais que notre amitié n’est pas au mieux de sa forme et que Jessyka a été hospitalisée il y a peu… Je ne veux pas lui causer trop d’émotions mais je me suis dit que là c’était peut-être le moment parfait. Non en fait il n’y en aura jamais de moment parfait mais celui-là avait l’air correct… J’espère qu’elle ne va pas dire non… Tout s’est à peu près bien passé aujourd’hui et j’ai eu le contrôle de mes émotions même lorsqu’une pétasse m’a poussé dans un magasin j’ai réussi à ne rien dire pour ne pas faire un scandale devant Jessyka même si j’en mourais d’envie. Et j’ai réussi à ne pas pleurer en voyant ce petit pyjama si mignon qui disait : beau comme papa… J’ai réussi pour une fois à maitriser mes émotions au mieux juste pour faire plaisir à Jess, juste pour qu’elle pense que je vais mieux…




© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Messages : 189
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Mer 27 Sep 2017 - 0:58


A demon ends two lives with a claw blow
Jessyka,Alyssa&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴


J’expirais. Que dire de plus, j’étais pleine de désespoir depuis mon hospitalisation, ce même si mon corps allait mieux. Je ne savais plus quoi penser, comment réagir et ce que je désirais réellement. Je descendais les marches du couvent, les marches qui me rendaient au hall d’entrée, entendant chaque pas résonner dans mes oreilles tel un lourd fardeau. Je ne pourrais vous expliquez ce qui se passait avec moi. Je savais ce qu’il était, ce qu’ils étaient tous les deux, pourtant je me retrouvais dépourvu de sens et hésitante. J’aurais voulu m’arracher le cœur moi-même et en finir avec tous ces sentiments qui m’envahissaient. J’aurais du agir avec logique, oublier le reste, finir mes vieux jours avec Nathan et pourtant je ne pouvais m’y résoudre. J’expirais donc, dans le désespoir de ne savoir ce que je devais faire, sachant pourtant que la réponse  était sous mes yeux. Je voyais ma rousse encore et toujours très enceinte, ce qui ne me laissait pas réellement un sourire aux lèvres, je tentais pourtant du mieux que possible d’être gentille. Depuis qu’elle habitait au couvent elle était un constant rappel de mes erreurs, de ce que je ne devais surtout pas ressentir, j’évitais même de réfléchir à ce prénom par peur qu’il ne se présente et qu’il sache la vérité. Je me tenais un peu le ventre, reniant chaque sentiments qui pouvaient me parcourir au plus profond de moi-même, me refusant de désirer ce que mon cœur me priait d’accepter.

Nous quittions donc la maison pour nous rendre au centre commercial. Une journée typique de deux adolescentes que j’avais un jour adorées. Aujourd’hui pourtant il en était tout autre, je me retrouvais morose à chaque magasin et allait même jusqu’à ne rien acheter. Je baissais le regard devant tout, même les vêtements ne m’allaient pas, il faut admettre que nous n’étions pas non plus dans les bonnes boutiques. Je voyais Alyssa acheter des vêtements pour cet enfant, je me retenais de soupirer, je me retenais de démontrer le moindre désaccord de toute la journée. J’approuvais ce qu’elle me montrait, je n’en faisais pas plus, je tentais uniquement d’être une bonne amie. Le problème était que le secret était bien trop lourd à porter. Alyssa ne comprenait pas toutes les difficultés reliées avec ce bébé qu’elle portait en elle. Elle ne voyait pas la réalité devant ses yeux, les enjeux, le danger relié à sa vie. Plus les semaines avançaient plus je voyais le danger augmenter pour elle. Je l’adorais, elle était comme ma sœur, je ne voulais certainement pas que du mal lui arrive. Pourtant je ne trouvais aucunement les mots, je ne savais pas comment aborder la discussion, à chaque fois je finissais simplement en larme et je m’éclipsais. Je gloussais donc, continuant ma route déjà entamée, ne portant pas la plus grande des attentions à notre journée. Mes pensées dérivaient si facilement entre les Rosenwald et ce secret que Nathan me cachait quel qu’il soit. C’est peut-être cela qui m’avait aidé à m’éclipser de lui, savoir qu’il me mentait et qu’il refusait de me l’admettre depuis des années. Je n’avais pas encore osée le confronter, le faire serait admettre que mon cœur se faisait chancelant, se serait admettre à haute voix ce qui m’arrivait.

Au bout d’un moment nous allions enfin prendre une pause pour manger et je me retrouvais devant une maigre salade alors qu’Alyssa faisait face à un véritable festin. Je passais une main dans mon front en réalisant à quel point son appétit était insatiable.  Les heures qui passaient se faisait lourde, me rendant impatiente de rentrer à la maison, en regardant mes sacs je vis une énorme différence. Elle devait en avoir une bonne dizaine, j’étais là avec mon seul et unique sac, m’ayant finalement convaincue d’acheter une énième pair de jeans. Le problème c’était que je remarquais qu’elle se laissait prendre par son impulsivité, même si elle tentait fortement de me le cacher, il n’était pas difficile de le voir. Entre la nourriture riche en calories ainsi que malsaine et les sacs de vêtements divers qui ne lui servirait sûrement que une ou deux semaines elle débordait d’impulsivité. Peut-être était-ce les hormones? Je ne pourrais vous le dire, j’étais une adolescente de dix sept ans qui avait une longue vie devant elle avant de devoir potentiellement vivre cette situation. Enfin, me dis-je, pour cela je devrais désirer un enfant. En regardant Alyssa je me disais que je ne voulais absolument pas tomber enceinte et virer aussi folle. Je baissais les yeux à cette pensée, me disant que ce n’était pas aimable envers elle, que je me devais d’être compréhensive malgré tout.

Nous étions alors en route vers le couvent après un repas très copieux et encore un peu de magasinage. Je tentais de ne pas laisser paraître mon soulagement d’enfin rentrer, elle qui semblait avoir tant aimée sa journée, ce même si ça n’avait pas été mon cas. J’aurais préféré que l’on reste à l’intérieur en écoutant un bon film d’horreur plutôt que de devoir me confronter au monde réel. En route Alyssa ralentissait alors le pas me forçant à m’arrêter pour voir si tout allait bien. C’est à ce moment qu’elle sortait un petit paquet me faisant légèrement sourciller. Puis ses lèvres s’ouvraient, me laissant sans mot, à bout de souffle.

«Aly…je…. »

Elle m’avait prise par surprise. Je contemplais le petit paquet en tendant mes doigts pour le prendre, sans l’ouvrir, puisque je restais encore sans réponse pour ce qu’elle venait de me demander. Que vouliez-vous que je réponde? Je ne savais même pas quoi dire, comment le dire, le prononcer. De nous deux j’étais la seule qui était consciente de ce qui se produirait très bientôt. Ce qu’elle me demandait, aussi honorée aurais-je du être, était trop difficile à gérer. J’inspirais donc, sentant un poids dans ma poitrine, sentant une décision bien trop pesante.

«Bien sûr. »

Dis-je en souriant pour de ne pas lui faire peur. Je regrettais immédiatement mes mots et pourtant mon visage démontrait un certain bonheur. Si seulement ce bébé aurait été d’un autre père…Mes yeux se fermaient une seconde alors que je pensais à lui. La première chose qui me vint à l’esprit fut ses yeux d’un magnifique bleu, puis sa voix qui pouvait se faire si fragile et brisée lorsqu’il était faible. J’expirais en ouvrant les yeux, ouvrant le petit paquet, y trouvant un petit bracelet en argent si fin et simple. Je ne méritais pas ce cadeau, je ne pouvais que me dire que tout ceci était une erreur, que cette stupide situation aurait dû être terminée bien avant. Samuel, pensais-je, tu dois le tuer. Il ne doit pas naître, s’il ne naît pas peut-être qu’Alyssa n’y sera pas autant attachée, c’est ton enfant que tu laisserais venir en ce monde. Ton enfant...pensais-je encore, votre enfant. Je soupirais en relevant mes yeux vers ma rousse. Je n’osais jamais regarder son ventre, ni avant ni maintenant, je regrettais de la voir si heureuse pour un faux bonheur. Elle méritait tellement mieux…

code by bat'phanie

_________________
Teenage Witch looking for immortality
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Invité ❞
Invité

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Jeu 28 Sep 2017 - 21:34


Demon ends two lives

Alyssa, Jessyka, Ryan & Samuel

Le temps passait tellement lentement depuis un certain moment. Je ne voyais pas le bout des journées qui passaient, ne comprenant pas la plupart de mes comportements envers moi-même. Je n’avais pas revu Jessyka depuis le jour où elle avait pensé à moi lorsqu’elle avait été hospitalisée. Je n’avais pas tenté de la revoir, je pensais avoir été plutôt clair sur le fait que nous deux c’était effectivement une erreur et qu’à présent je me contenterais de nettoyer son âme puis je briserais le pacte une fois que mon travail serait accomplit. Je ne voulais plus de son âme, je ne voulais plus pouvoir profiter d’elle pour l’éternité. J’avais compris le message qu’elle m’avait lancé sur l’amour qu’elle portait à son médecin et même si je connaissais le charme qui avait été utilisé, je ne voulais plus me battre pour tenter de gagner une bataille alors que ce foutu triangle finirait simplement en guerre ouverte entre ce pseudo ange et moi. Le combat serait certainement intéressant mais il serait inutile puisqu’aucun de nous deux ne pouvaient mourir. Je me trouvais donc là, assis sur le rebord de mon lit depuis une beaucoup trop longue période. J’étais silencieux, la tête entre les mains et je fixais le plancher. Depuis quelques jours je me levais, je tuais deux ou trois personnes, ensuite je prenais une douche et j’allais errer dans la ville en silence, sans parler à personne puis, lorsque le soleil se couchait enfin je revenais enfin au manoir pour manger un petit repas puis je retournais m’enfermer dans ma chambre. Je n’avais pas réellement croisé le chemin de Jenna depuis que j’avais passé tout près de la tué un mois auparavant mais je ne m’en faisais pas réellement avec son absence, elle finirait bien par me croiser un jour ou l’autre en me reprochant le jour ou j’avais laissé mon assiette sale sur le comptoir deux semaines auparavant. J’appréciais cette nouvelle solitude. Cela me permettait de me remettre les idées en place mais surtout, cela me permettait de détruire toute cette belle humanité que Jessyka m’avait donnée avec la noirceur de son âme. Jenna l’avait dit, un monstre comme moi ne méritait pas le bonheur et donc en redevenant le monstre sans cœur que je devais être, je m’assurais de ne jamais avoir à ressentir de nouveau ce petit pincement qui provenait du plaisir et du bonheur.

Le manoir était complètement silencieux, ma porte, entrouverte bougeait doucement sous la brise que faisait la fenêtre ouverte. Je me redressai en silence, mon regard cyan attirer vers la fenêtre là ou on pouvait percevoir les premières lueurs du soleil. Je n’avais pas réussi à dormir de la nuit. Je ressentais des choses tellement contradictoires provenant de Jessyka, je ne savais pas du tout comment les comprendre et encore moins comment les mettre dans le bon ordre. Le tout semblait déconnecter, irréel et surtout illogique. Le pire dans tout cela c’était que la veille j’avais croisé pendant mon errance nocturne la grand-mère de Jessyka justement, elle m’avait adressé un léger sourire triste avant de me conseiller de rester à l’écoute car bientôt sa petite fille aurait certainement besoin de moi. Je n’avais pas compris mais j’avais ouvert les lèvres légèrement pour dire à Iris que jamais je ne laisserais quoi que se soit de négatif arrivé à sa petite fille et ce même si elle me demandait de ne plus jamais venir à son secours ou même de ne plus jamais croisé son chemin. J’étais peut-être redevenu le tueur de Vancouver dont tous avaient tellement eu peur, je ne pouvais cependant pas me résoudre à l’abandonner totalement à ce crétin de médecin sans cervelle. Je me trouvais donc là, dans la même position que celle que j’avais prise plus de douze heures auparavant.

Mon cerveau n’en pouvait plus de réfléchir à ce point et il commençait à clairement me le démontrer. Je me redressai donc en silence puis je m’approchai de la grande armoire qui se trouvait le plus près de la salle de bain. J’ouvris lentement la porte de gauche. On pouvait y voir d’étrange vase sombre, on pouvait cependant percevoir, dans certains du moins, une certaine lueur mouvante. Je les regardai en silence puis j’en saisi un et j’ouvris le couvercle. Une brume blanche s’en échappa pour ensuite flotter dans les airs quelques secondes. Mon regard devint sombre et la brume disparu soudainement. Je me sentais déjà mieux, les âmes avaient constamment réussi à me remettre sur pied. Je remis donc le vase maintenant vide à sa place puis je refermai la porte en silence. Mon regard repris rapidement sa couleur habituel, je me permis d’aller dans la douche rapidement, je portais les mêmes vêtements depuis trop longtemps et même si je n’avais pas bougé, je ressentais le besoin de percevoir l’eau chaude couler sur ma peau.

Je poussai donc la porte de la salle de bain et d’un mouvement de bras rapide, je poussai l’interrupteur de la lumière vers le haut, ce qui fit en sorte que la pièce s’éclaira soudainement. Je m’avançai lentement dans la pièce puis, lentement je me mis à déboutonner ma chemise pour ensuite l’enlever. Je la laissai tomber au sol d’un mouvement lent puis je détachai ma ceinture puis le bouton de mon jean. Je pris le temps de le retirer à son tour de même que mon boxer. Je démarrai alors la douche et le temps que l’eau devienne suffisamment chaude je revins à ma chambre en silence pour me diriger vers le garde robe d’où je sorti une poupée sexuelle taille réelle en silicone. C’était une femme d’une beauté intéressante, un corps qui aurait pu en faire baver plusieurs si elle aurait été vivante. Je l’avais acheté plusieurs années auparavant mais c’était la première fois que je ressentais le besoin de l’utiliser. En temps normale lorsque je ressentais une pulsion, je me trouvais une personne et ensuite cette personne mourrait. Mais depuis 1 mois j’avais fais trop de victimes, je devais prendre une pause. À la télévision on parlait d’un total de soixante-trois victimes et cela sans compter celles qui n’avaient pas encore été trouvé. Je saisie donc la jeune femme et je l’emmenai avec moi dans la douche. L’avantage des poupées comme elle, c’était que je pouvais lui faire subir les pires horreurs du monde, elle se laisserait faire. Cette fausse relation sexuelle me permit de me détendre un peu. Une fois que je fus satisfait, je la repoussai pour l’envoyer sans douceur dans la baignoire. Je me permis ensuite de terminer le travail que je venais de commencer à la main jusqu’à finalement jouir sans douceur ni gène. J’étais seul dans le manoir, aussi bien en profiter un peu. Je me permis de rester immobile quelques minutes sous le jet d’eau puis, je me lavai en silence pour finalement sortir de sous la douche et me vêtir de nouveaux. Un pantalon propre noir ainsi qu’une chemise de même couleur. Je ne ressentais pas le besoin de porter une couleur en ce jour. Lorsque finalement je revins à ma chambre, le soleil était déjà bien haut dans le ciel, il devait être environ dix heures. J’esquissai un léger sourire amusé puisque j’étais entré dans la salle de bain alors que le soleil commençait tout juste à paraitre dans le ciel. Je sorti alors de ma chambre pour me diriger au premier étage.

Le son de mes pas dans les escaliers résonnaient contre les murs du hall mais je ne le remarquait pas réellement. Mon regard avait été attirer sur un message qui se trouvait accrocher au babillard près de la cuisine. J’avais reconnu l’écriture de ma jumelle et ce même si le bout de papier se trouvait encore loin de moi. Je m’approchai donc pour saisir la feuille. Jenna me mentionnait qu’elle quittait pour la semaine, une «amie » se mariait à Rome et elle avait été invitée. Je ne pu retenir un rire moqueur. Ce message voulait en fait dire qu’elle était allée à Rome pour se faire baiser par ceux qu’elle voulait vraiment avoir dans son lit. Je le savais beaucoup trop bien, elle n’allait jamais à Rome pour autre chose. Je remis le papier à sa place puis je me rendis à la cuisine pour me faire couler un double expresso. Je le bu plutôt rapidement puis je me rendis au salon pour me coucher lâchement sur le grand divan et je pris la télécommande de la télévision pour chercher une chaine intéressante. Je me surpris à être intéressé par un documentaire sur ma vie passé. J’avais envie de voir ce que les gens avaient reconnu de mon histoire, je voulais voir les membres de la famille de mes victimes qui me pardonnaient ma folie en disant que si mon père m’aurait aimé comme il l’aurait su rien ne serait arrivé. Ce n’était pas faux, si le paternel avait accepté qui j’étais, j’aurais peut-être fini par le remplacer en tête de ses entreprises et même que ma présence aurait été bénéfique. Malheureusement on ne le saurait jamais car il avait préféré me faire du mal et me forcer à me retrouver dans cette zone sombre de mon être et depuis, il devait vivre chaque jour avec les conséquences de ses actes et paroles car peu importe où il posait son regard, il allait avoir une pensée pour moi. Je le suivrais jusque dans la mort et même après. Il allait regretter ce qu’il m’avait fait endurer.

Le temps s’accélérait lentement alors que je continuais de me promener d’une chaine à l’autre sans réellement savoir ce que je souhaitais écouter. Je du finir par me convaincre de quitté le salon, l’ambiance était lourde. Je ne voulais pas sortir du manoir, je savais parfaitement que si je le faisais cela se solderait par un meurtre et je devais me tenir tranquille au moins une semaine. Je me remis donc en mouvement pour me promener en silence dans le manoir, je revisitais cette immense demeure qui m’avait vu grandir presque deux décennies auparavant. J’ouvrais une porte, j’observais en silence son contenu puis je refermais la porte en silence. Alors que je commençais la visite du troisième étage, je fus violemment frappé par les pensées de Jessyka qui étonnement pensais très fort à moi. Je me figeai, écoutant ses pensées mais surtout les paroles qu’elle prononçait à mon égard. À cette foutu garce ! La colère fut si violente que le vase qui se trouvait à ma droite explosa vivement. Je me téléportai dans ma chambre pour me saisir d’un couteau particulièrement tranchant et je le cachai dans ma manche de veste. J’enfilai la veste ensuite et ensuite je m’éclipsai de nouveau. Elle allait regretter d’avoir osée mais surtout elle allait payer cher ce sinistre espoir de garder cette grossesse malsaine dans le silence.

Mon corps apparu directement devant les deux jeunes femmes. Mon corps dégageait une chaleur puissante, mon regard était si noir que la peau autour de mes yeux était assombrit aussi. Le soleil qui brillait à ce moment fut soudainement caché derrière un nuage et un vent froid se leva. Je me permis de regarder Jessyka une très courte seconde puis ma tête pivota pour que je puisse regarder ma sœur cadette. Ainsi donc Jess ne m’avait pas menti. Cette sale petite pute était effectivement enceinte. Un sourire mauvais apparu sur mes lèvres alors que je les ouvrais lentement pour parler. Cette voix sadique et caverneuse se fit entendre, raisonnant dans l’air comme si mon corps avait été branché sur haut parleur.

« Tu va payer pour ça … »

Sans lui laissé une seconde pour réfléchir, je saisi la rousse par la gorge alors que le couteau glissais de ma manche pour tomber dans ma main. Je refermai les doigts sur le manche et sans aucune douceur, je plantai la lame dans le ventre de cette putin. Le sang se mit aussitôt à couler, rougissant ma main mais je continuai quand même, ouvrant la plaie de manière à avoir un accès facile. Je la forçai à se coucher au sol puis je relâchai l’arme pour insérer ma main dans la plaie béante que je venais tout juste de créer. Je saisi brusquement le corps de ce minuscule petit être et dans un mouvement sec je le retirai du corps de sa mère. J’arrachai du même coup de cordon ombilical qui le reliait à elle et je me relevai alors en prenant une nouvelle fois le couteau. J’entaillai le torse du nouveau né puis je fis une brusque pression ce qui laissa entendre un horrible craquement alors que je lui fendais la cage thoracique. Il était fait solide ce petit monstre non désirer. Une fois le trou fait, j’insérai une nouvelle fois deux doigts dans le trou pour saisir le cœur et le sortir de son corps. Automatiquement le petit devint mou. Je serrai le cœur dans ma main jusqu'à en obtenir une compote et sans douceur je lâchai le bébé qui tomba mollement au sol. Mon regard se posa une nouvelle fois sur Alyssa et ma voix résonna de nouveau.

« T’as de la chance qu’il est été aussi facile à tué … »

Si le bébé avait été plus combattif, elle serait morte avec lui, mais maintenant que tout était réglé, je n’avais plus besoin d’elle. Je me permis de jeter un bref regard à Jessyka qui venait d’assister à toute la scène puis sans plus, je me saisi de mon couteau et je m’éclipsai, ne comptant pas revenir. Une fois que mon corps eu disparu, le soleil réapparu et le vent tomba, laissant les rayons lumineux se poser sur cette scène d'horreur.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 685
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Ven 29 Sep 2017 - 5:41



A demon ends two lives with a claw blow



J’ai enfin réussi à demander à Jess d’être la marraine de mon enfant et elle a accepté ! J’ai vraiment douté de sa réponse. J’avais peur qu’elle ne veuille pas au vu de la situation mais elle a dit oui. Je suis tellement heureuse !!! C’est vraiment une journée parfaite. Je retrouve au fur et à mesure ma meilleure amie, j’ai acheté des vêtements trop mignons pour mon fils et Jessyka va être la marraine de Samael. Une sorcière pour prendre soin de lui, je trouve ça magique. Je ne pense pas qu’elle puisse se rendre compte à quel point cela me touche qu’elle ait accepté.

Mais je n’ai pas le temps de lui dire quoi que ce soit. Soudain Samuel apparait devant nous. J’en lâche mes sacs et le regarde choquée. Il a le regard noir et je sens une chaleur étrange se dégager de lui. Il a l’air vraiment en colère et je ne sais même pas pourquoi. Surtout lorsqu’il me dit que je vais payer pour ça. Il parle de quoi ? Ne me dites pas qu’il sait que je suis enceinte ? Comment il pourrait le savoir je ne l’ai pas vu depuis un mois ? Qui lui a dit ? Je n’ai même pas le temps de réagir qu’il m’attrape par la gorge. J’essaie de me débattre mais en vain. Je suis impuissante face à lui. Soudain je ressens une douleur vive dans le ventre. Je ne comprends pas ce qui se passe. Je pousse un hurlement terrible et me débats du mieux que je peux mais je me retrouve au sol. Je le sens mettre sa main dans mon ventre et je me mets à crier de plus belle. C’est horrible ce qui se passe ! Je souffre le martyr, j’ai tellement mal… Je ne pourrais même pas ce que je ressens actuellement. Je le sens tirer mon fils hors de mon ventre, mon corps est secoué de spasmes. J’ai du mal à respirer à cause du choc mais je continue de hurler en laissant les larmes couler de mes yeux. Je n’arrive pas à les fermer, je le vois donc prendre mon bébé et le poignarder pour lui prendre son tout petit cœur. Je hurle de plus belle. Je n’arrive même plus à me débattre. Je ne peux pas réagir pourtant je jure que si j’en étais capable je me lèverais et je tuerais Samuel de mes propres mains.

La tête me tourne et je sens le sang qui s’écoule lentement de mon abdomen. Mes mains se posent sur celui-ci et ce que je touche me donne la nausée. Lorsque Samuel disparait comme il est arrivé, je me penche vers mon tout petit bébé pour essayer de le prendre, après deux essais très douloureux j’y arrive et le pose sur ma poitrine. Je laisse ma tête retomber contre le sol et sert fortement mon tout petit Samael. Mes forces m’abandonnent, je ne sais même pas comment j’ai fait pour rester éveillée jusque-là. Mais je lutte pour ne pas l’abandonner, il faut le sauver… Il a besoin d’aide… Je tente de parler malgré la douleur qui me donne envie de hurler.

-Aide-le… Mon fils…

Une nouvelle douleur vive me fait perdre connaissance. Pourvu qu’on ne m’enlève pas mon fils… Je ne veux pas le perdre.



© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Messages : 189
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Sam 30 Sep 2017 - 19:05


A demon ends two lives with a claw blow
Jessyka,Alyssa&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴


Et si je vous admettais là, maintenant, que je ne suis pas une bonne personne. Qu’elle serait votre réponse? Qu’avais fais dans ma courte vie pour mériter ce titre? Avais-je tuée des gens? Oui. Était-ce de l’auto-défense? Était-ce inévitable? Oui. Mais alors, me direz-vous, pourquoi étais-je une mauvaise personne? Simplement parce qu’il y avait d’autres options que j’avais refusée de voir par deux fois. La première fois quand Serena s’était tranchée la gorge, non sans mon aide, car avec un peu de magie j’aurais pu la guérir. J’avais choisi de voir la vie s’éteindre dans ses yeux, j’avais fais un choix qui lui coûterait la vie, simplement parce que je voulais me libérer du mal qui s’était éprit de moi. La deuxième fois que ce choix s’était présenté à moi j’aurais pu tenter d’arrêter le démon et pourtant j’étais restée immobile. Pas un son dans ma gorge, pas un bruit ambiant autour de moi, je ne fus bercé que par le silence complet. Je ne dis pas que j’aurais pu vaincre le démon. Je ne dis pas que j’aurais pu sauver cet enfant du diable. Je dis simplement que j’aurais pu faire quelque chose, quoi que se soit, mais que j’étais restée figée ainsi que sans voix.

Dès que j’avais donnée ma réponse verbale à Alyssa, mes pensées s’étaient dérivées vers lui, le père de cette vie qu’elle portait dans son ventre. Je ne pu n’empêcher de me dire que tout cela était une grave erreur. En plus d’être l’enfant d’une relation incestueuse, il était le fils d’un démon et d’une humaine. Si vous connaissez un tant soit peu votre histoire, vous savez que cela signifie qu’Alyssa était enceinte de l’antéchrist lui-même et que plus cet enfant grandirait plus difficile il serait de le tuer. La moindre chance que nous ayons qu’il soit véritablement l’antéchrist signifiait une chance de laisser venir au monde celui qui détruirait la totalité de notre humanité. C’était contre mes valeurs morales de laisser une telle abomination exister. Je n’avais aucun choix devant moi, aucun autre que d’admettre la vérité et voir quelle serait la réaction du père biologique. J’avais une chance qu’il le laisse vivre, content d’avoir une progéniture infernale, une autre qu’il s’en débarrasse comme cela aurait dû être fait depuis le tout début. Je démontrais donc une fausse joie de mon visage alors que mes pensées allaient directement vers lui. Dans une très sinistre seconde suivant mon message le soleil se couvrait de nuage et le vent se levait sur nous deux.

Mon regard se levait alors dans le noir abyssale des yeux de Samuel qui semblait dans une colère immense. Il vint croiser mes yeux d’amande lors d’une très mince seconde et je compris que ce qu’il ferait n’allait pas me plaire. Je compris aussi dans ce simple regard que j’avais la ferme obligation de ne pas intervenir entre lui et son plan. Je restais le souffle court alors qu’il se retournait vers elle et je comprenais alors que la peur se prenait de mon être. Il n’était en rien celui que j’avais connu, cette colère en lui m’était nouvelle et je me retrouvais tremblante devant l’effroi qui m’enlaçait de ses griffes. Je vis un sourire mauvais naître sur ses lèvres alors que la peur se prenait de la rousse à son tour. Sa voix qui venait tout droit d’outre-tombe vint résonner sur nos personnes ce qui me fit reculer de deux pas. Mon dos s’écrasait sur le mur de brique, mais mes yeux ne pouvaient pas quitter la scène qui se déroulait devant eux. Le ténébreux lui dit comprendre qu’elle devrait payer et je compris immédiatement pourquoi. Il n’avait jamais été au courant, de toute évidence Alyssa avait vraiment cru qu’elle pourrait garder cela pour elle, mais cette réalisation vint uniquement me faire fermer les yeux. Aussi cruel puisse être ces mots, j’avais bien fait de lui dire, car sans cela cet enfant aurait pu vivre et ce pour on ne sait combien de temps. Un bruit de perforation me fit ouvrir les yeux et c’est là que je vis Samuel entrain d’éventrer sa sœur comme une véritable truie à l’abattoir. Le cœur me levait immédiatement, la nausée fut la seule qui me rappelait que cela était véritablement entrain de se produire. J’aurais voulu crier à Sam de ne pas la tuer, mais mes lèvres refusaient de s’ouvrir, je craignais que ses représailles ne soient mienne si j’osais murmurer le moindres son. Je restais donc là, les yeux rivés sur eux tendis qu’il la maintenait par la gorge pour la forcer à être au sol. Quelques secondes suffirent pour qu’il creuse dans le ventre et qu’il prenne le petit corps dans sa main.

J’avoue qu’à ce moment précis j’ai eu une faiblesse, un étourdissement, une envie de perdre conscience plutôt que de voir ce qui suivrait. Je détournais le regard pour vomir au sol la totalité de mes repas tendis que le bruit d’os qui se cassait vint à mon oreille. Cette petite chose n’aurait même pas la chance de pleurer une seule seconde puisque le temps que je me retourne il l’avait déjà tué. En entendant la voix de Samuel je revenais river mes yeux sur la scène et je ne vis qu’un corps mou d’un minuscule enfant sur le sol. Les larmes se remplissaient dans mes yeux et je levais doucement le regard sur le démon qui n’avait même pas cligné des yeux une seule fois devant ce qu’il faisait. Pendant une nouvelle seconde il vint me redonner son regard et je ne bronchais pas. Il vit l’horreur qui s’était prit de moi, la peur de le voir ainsi, une chose était sûr je savais maintenant ce que la douleur représentait à chaque fois que je pensais à lui. Il ne resta pas une seconde supplémentaire, il prit le couteau et quittait la scène dont le silence était roi. Le vent tombait enfin, le soleil revint réchauffer nos corps, ma peur était encore la seule chose qui me tenait debout. Je baissais les yeux vers Alyssa au sol, qui tenait désormais la petite chose contre elle, me suppliant de faire quoi que se soit.

Je respirais de nouveau, mais chaque inspiration me brûlait les poumons, je me sentais au bord d’une crise de panique. Rien n’aurais pu me calmer à ce moment, même si je l’avais désiré, je m’avançais simplement vers ma rousse pour me mettre à genou devant elle peut avant qu’elle ne perde connaissance. J’inspirais du mieux que je le pouvais, mais je sentais que mon corps voulait me quitter, je n’avais même pas la force de parler. Je vins effleurer des doigts la peau du bébé pour marmonner quelques mots d’une faiblesse immense.

«Colloquium… »*
Une très petite lumière vint apparaître de mes doigts et recouvrir le corps du bébé. Le trou de son abdomen se refermait comme s’il n’avait jamais été présent et son corps restait d’un doux rosé. J’expirais un soupire de peine en abaissant mes yeux vers la plaie du ventre d’Alyssa. Je descendais doucement mes doigts vers celle-ci et tentais de marmonner quelques mots d’une tristesse infinie.

«Laesa… Queratur…»

Mais la plaie restait ouverte. Je sentais un liquide couler jusqu’à ma lèvre et par réflexe je vins déposer mes doigts sur celui-ci pour en avoir le cœur net. Une substance rougeâtre avait rapidement tâché mon index, me faisant comprendre que mon nez s’était mis à saigner, signe que ma magie était indisponible. Dans sa rage Samuel avait dû aspirer ce qu’il me restait de disponible. J’étais donc complètement inutile pour la survie d’Alyssa. Les gens autour de nous commençaient à former une foule de curieux et j’entendais les sirènes de l’ambulance qui s’en venait vers nous. J’inspirais du mieux que je le pouvais l’air qui m’était ambiante, l’air qui se faisait difficile d’accès tellement il y avait de gens autour de nous. J’abaissais ma tête vers le sol pour tenter de me calmer, mais la panique se faisait de plus en plus grande, je sentais cette boule dans mon estomac se serrer de plus en plus et les larmes couler de plus en plus vite. Je me sentais valser entre la conscience et l’inconscience tendit que les remords s’éprenaient de ma personne. Je voulu souffler que j’étais désolé, mais aucun mot ne vins naitre sur mes lèvres, j’étais simplement muette. Même si le brouhaha du public se faisait de plus en plus pressant, je n’entendais plus rien, comme si cette scène venait d’arrêter le temps autour de nous. Le soleil qui venait se frotter à ma peau ne pouvait pas me réchauffer, un froid était né en moi, une couche de glace qui venait de recouvrir mon cœur sans prévenir de sa venu. Je soufflais ma peine d’un simple soupire de mort, les yeux rivés sur leurs deux corps, me rendant compte à quel point je venais de mettre à mort non pas seulement le bébé, mais Alyssa aussi. Alors que je laissais mon corps tomber contre le trottoir, les yeux ouverts pour la regarder, j’entendais quelqu’un s’écrier aux gens de s’écarter.


Colloquium*= Conservation (Conserve le corps dans son état actuel jusqu'à la mort du lanceur)
code by bat'phanie

_________________
Teenage Witch looking for immortality
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur Vampire
Messages : 149
Date d'inscription : 26/03/2017

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Sam 30 Sep 2017 - 23:59


A demon ends two lives with a claw blow
Jessyka,Alyssa&Ryan  
▴▽▴⟁▴▽▴


«Qu’est-ce qui s’est passé? »

Ma voix résonnait dans la pièce alors que l’infirmière tentait tant bien que mal de me décrire l’urgence qui avait eu lieu en fin de journée. Deux médecins avaient travaillés à bout de souffle sur la jeune femme afin de lui sauver la vie et elle restait en état critique. S’ils avaient fermés la plaie, son cœur restait défaillant et elle refusait de reprendre conscience. J’avais été dépêché sur les lieux afin de m’en occuper, mais il y avait trop de monde aux alentours, je m’occupais donc d’aider les infirmières à disperser la foule de curieux. Si j’avais bien compris l’adolescente avait été éventrée en pleine ruelle et les civils se mourraient d’envie de savoir ce qu’il advenait d’elle et du bébé. Je compris finalement d’où venait cet intérêt malsain quand on me nommait le nom de famille de la victime. Bien sûr que les médias voudraient mettre la main sur la tragédie qu’était la famille Rosenwald. Je n’étais pas étonné en sachant la vérité. Cette famille en avait vue de toutes les couleurs dans les dernières seize années et avec l’imposteur qui avait repris le boulot du premier tueur de Vancouver, je me doutais bien que les gens voulaient apprendre qu’elle autre horrible tragédie frapperait cette famille maudite. Je ne pu m’empêcher de montrer un côté moins professionnel, la rage au ventre, je criais aux journalistes de quitter cette hôpital sous peine de représailles. Si mon sang était glacé dans mes veines j’en ressentie pourtant une chaleur immense émanée en même temps que ma colère. Quand nous avons enfin réussis à chasser les mortels, cette scène durant du début de la soirée à quelques heures après mon arrivée une fois la nuit tombée, je pu me rendre dans la salle d’attente ou se tenait une jeune brunette à l’air bien morose.

«Comment ça se fait que le bébé est encore chaud? »

Dis-je de ma voix glaciale envers la brunette qui relevait immédiatement les yeux vers moi. Ses yeux brillaient d’un certain remord, une peine immense, mais aussi une peur que je pouvais sentir instinctivement. Elle était muette face à ma question, mais nous savions tous les deux que ce n’était pas un hasard. Elle fini par baisser le regard au sol et murmurer de sa voix douce de laisser Alyssa le voir quelques minutes avant qu’il ne soit incinéré. Je m’approchais aussitôt de la jeune femme et relevait son menton avec force vers moi.

«Pourquoi ferais-je cela? C’est contre notre code d’éthique et de plus elle va mourir bien avant… »

La peur dans son regard s’agrandissait au fur et à mesure que mes mots pesaient sur son âme. Je la voyais respirer de plus en plus difficilement, de toute évidence elle était dans une crise de panique constante, elle ne savait plus quoi dire pour me convaincre. Je la relâchais avec l’intention de tourner des talons quand elle dit le seul mot qui aurait pu arrêter ma course. Sorcière, qu’elle dit, elle était une sorcière. Je me retournais aussitôt vers elle en inspirant profondément, un sourire malsain naissant sur mes lèvres, comprenant pourquoi le petit corps était dans un état aussi parfait des heures après sa mort. Dire qu’il aurait été disséqué à la morgue pour comprendre son état. Je revenais vers elle, me tenant à un centimètre tout au plus, m’imposant dans son cercle vital. Je la dévisageais simplement avant de reprendre son menton entre mes doigts pour la forcer à me regarder. Une dette, dis-je, elle me devrait une lourde dette pour le service que j’allais lui offrir. Il était rare de croiser des sorciers dans ce nouveau siècle, ils étaient assez malins pour cacher leurs couvents du monde entier. Celle-là s’était vendue au diable, enfin, à un vampire. Je serrais mon emprise sur son petit visage, voyant ses traits se raidir sous la douleur qu’elle ressentait, avant de lui mentionner qu’elle devrait se rendre d’elle-même à la morgue pour empêcher mon collègue de brûler le corps. Elle ne se fit pas attendre, elle détournerait son regard dans une honte viscérale et courrait rejoindre le docteur Williams au sous-sol. De mon côté je me rendrais dans la chambre ou la rouquine était encore en état critique. Je me tournais vers l’infirmière pour prendre un contact visuel avec celle-ci et lui indiquer de quitter la pièce dès lors. Je ferais quelques pas vers l’adolescente, regardant l’ampleur du travail que mes collègues avaient fait, puis je regarderais son visage en sourcillant une seule seconde. Comme on se retrouve, me dis-je, ne t’avais-je pas dit d’éviter les ennuies?

Je me mordais aussitôt le poignet et de mes crocs le sang jaillit d’entre mes veines. Je n’attendis pas pour mettre mon bras sur ses lèvres et pour forcer le sang à tomber sur ses lèvres, puis glisser le long de sa langue avant de rejoindre sa gorge. Une fois ce geste posé je retirais mon bras et observait à nouveau les blessures se cicatriser miraculeusement. Je n’enlèverais pas les points de suture, les doutes seraient bien trop élevés auprès de mes collègues si j’osais ce geste, je restais donc immobile en voyant son petit corps reprendre des forces pour la première fois en plusieurs heures. Un long soupire ce fit entendre de ma bouche avant de devoir me retourner vers l’infirmière qui me disait qu’il y avait un problème à la morgue. Une chicane entre le docteur Williams et sa petite copine de ce que je du comprendre. Je tournais donc des talons pour sortir de la pièce et je refermais la porte derrière moi avant de descendre le long couloir qui menait aux escaliers. En moins de quelques secondes je fus à la morgue et quel déplaisir j’eu quand les yeux de mon collègue se posèrent en colère sur mon être. Sa petite copine, la sorcière, était bel et bien présente et elle tentait vraisemblablement de le convaincre de laisser le très petit corps remonter l’étage. Je n’attendis pas après eux, je me servis moi-même, prenant la petite chose dans ma main et remontant sans un regard de plus vers leur querelle qui avait pris immédiatement fin dû à ma présence. Je risquais de regretter d’avoir fait chanter cette sorcière, mais qu’est-ce que l’ange pourrait bien faire contre moi qu’un autre n’aurait pas déjà tenté dans ma longue vie. J’allais envelopper le bambin d’un petit drap et revenait dans la chambre qui contenait désormais une jeune adolescente très réveillée suite à mon miracle. J’expirais, ne disant aucun mot, ne tendant pas immédiatement la petite chose vers elle. Il était encore enveloppé, cacher, invisible à ses yeux du point de vue de son lit. Je semblais ne tenir qu’une simple petite serviette dans mes mains, je lui laisserais le temps de revenir à ses sens avant de réagir, ce qui devrait tarder de ce que je me souvenais de notre rencontre.




code by bat'phanie

_________________
You can find good
you can find evil in the night ▬ You can find whatever you are looking for and even more. You just have to pay attention and darkness will find you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 685
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Lun 2 Oct 2017 - 15:10



A demon ends two lives with a claw blow



Soudainement j'ouvre les yeux en poussant un cri. Je regarde autour de moi et ne comprends pas du tout où je suis. Je reconnais enfin l'endroit. Je suis dans un hôpital. C'est alors que tout me revient en mémoire. Samuel m'a éventré pour tuer notre... Mon bébé !! Non, ce n'est pas possible ! Je pose mes mains sur mon ventre et pose mon regard dessus. Il y a des agrafes mais tout est correct. Sauf... Il n'est plus bombé... Je n'ai plus mon ventre de femme enceinte... Il m'a vraiment retiré mon fils ! Non ce n'est pas possible ! Pourquoi il a fait ça. Il n'avait pas le droit de me l'ôter ! Je n'ai plus aucune raison de vivre, je n'ai plus rien. J'ai perdu la seule personne qui comptait réellement pour moi... Je veux le rejoindre... Je ne supporterais pas de vivre alors que lui n'est plus... Je m'effondre en larmes dans le lit. J'ai des envies de vengeance mais pas la force de me battre. Pourquoi ai-je été sauvée ? Pourquoi on ne m'a pas laissée mourir ? Je les déteste tous !

Soudain je me rends compte d'une chose ! Mon fils n'est pas avec moi. Où est-il ?? Je veux le voir ! Rendez-moi mon fils ! Je ne l'ai même pas vu... On ne peut pas me faire ça, ils n'ont pas le droit de me l'enlever, c'est mon enfant merde !!! J'essaie de me lever du lit mais la tête me tourne. Je ressens bien trop de rage en moi pour arriver à faire quoi que ce soit. Je me recouche lorsque la rage laisse place à un grand désespoir et continue de pleurer. On appelle une femme qui perd son mari une veuve, on appelle un enfant qui perd sa maman un orphelin, mais comment appelle-t-on une mère qui perd son enfant ? Il n'y a pas de nom dessus, car logiquement cela ne doit pas arriver... C'est totalement injuste... Je pleure de plus en plus jusqu'à ce que j'entende la porte s'ouvrir. Je me redresse lentement et vois un médecin. Je m’essuie rapidement les yeux. Est-ce lui qui m'a soigné ? Sait-il où est Samael ? Il pourrait peut-être m'aider lui... Pas à mourir mais à voir une dernière fois mon fils...

- S'il vous plaît... Savez-vous où est mon enfant ? J'aimerais le voir... Une dernière... Une dernière fois... Je vous en prie...

Il est tellement dur de prononcer ces mots... Voir mon fils pour la dernière fois... Et pour la première fois... Pourquoi est-ce que cela m'arrive ? Je n'ai rien fait pour mériter ça... Qu'on me le rende... Jessyka est une sorcière, elle peut pas le faire revivre ? Ou alors je pourrais trouver un démon ou un vampire ou je ne sais quoi pour me ramener mon tout petit bébé... Pitié... Ça fait bien trop mal... Je veux le récupérer... Je ne supporterais pas de vivre sans lui... Je me sens tellement mal, une partie de moi a été arrachée... Je ne peux pas vivre avec seulement la moitié d'un cœur... Je ne sais pas comment faire...

- Je veux lui dire... Au … Revoir... Et voir son visage... Juste un instant... S'il vous plait...

Je m'essuie mon nez et mes yeux qui coulent. J'inspire plusieurs fois rapidement, je renifle. J'essaie de calmer ma respiration et d'arrêter de pleurer... Je veux lui montrer qu'il peut me ramener mon bébé, que je serais une gentille patiente...



© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur Vampire
Messages : 149
Date d'inscription : 26/03/2017

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Lun 2 Oct 2017 - 20:22


A demon ends two lives with a claw blow
Jessyka,Alyssa&Ryan  
▴▽▴⟁▴▽▴


Mes yeux rivés sur la rousse, je tenais encore l’enfant au creux de ma main, attendant de voir comment elle réagirait. Je savais déjà que si sa panique était trop grande ce que je tenais retournais à la morgue comme s’il ne l’avait jamais quitté. Je connaissais les risques, au point de vue du code éthique je risquais ma carrière pour chaque minute que cet enfant passait à l’étage. Il était mort depuis des heures déjà, il aurait du être incinéré au début de la soirée, elle était fortement chanceuse que son état actuel avait intrigué le département. Je tapais du pied jusqu’à ce qu’enfin sa voix apparaisse d’un ton qui me paraissait acceptable. Elle était paniqué, mais pas trop, comme une mère qui avait besoin de faire son deuil et non une personne traumatisée par une attaque brutale en pleine ruelle. Je clignais des yeux avant de finalement me décider d’avancer vers elle pour déposer la petite chose aux creux de ses bras. Je savais qu’elle pourrait le tenir sans douleur, mon sang avait déjà guéri tous les maux physique de son corps, il ne resterait que les maux du cœur à soigner. Pourtant cette option nécessiterait du temps, beaucoup de temps, car aucune magie au monde ne pourrait le guérir. Je soupirais en me reculant pour laisser la mère profiter du bébé une petite minute tout au plus. Ma tête se tournait vivement quand une infirmière entrait dans la salle pour venir m’accrocher le bras. Il y avait une autre urgence deux étages plus bas qui nécessitait une intervention de deux médecins en salle d’opération et l’accompagnateur s’était évanouie d’épuisement. Je lui accordais d’un hochement de tête simple que je serais bientôt présent et me tournais vivement vers la rouquine. D’une voix froide, mais directe je m’exprimais aussitôt.

«Je reviens dans une heure, ensuite il devra aller à la morgue, je suis terriblement navré pour votre perte Mademoiselle Rosenwald. »

Dis-je avant de prendre la poudre d’escampette pour rejoindre l’urgence qui m’attendait. Je faisais une terrible erreur, je pouvais le sentir dans les pores de ma peau, la laisser seule n’était pas une bonne idée.





code by bat'phanie

_________________
You can find good
you can find evil in the night ▬ You can find whatever you are looking for and even more. You just have to pay attention and darkness will find you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 685
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Lun 2 Oct 2017 - 20:43



A demon ends two lives with a claw blow



Le médecins s'approche de moi. Il avait Samael depuis le départ avec lui... Il dépose délicatement mon fils au creux de mes bras. Mon regard se pose enfin sur lui... Une pure merveille... Si petit mais si beau... On dirait qu'il dort... C'est peut-être le cas non ? Une erreur médicale ça arrive... Il n'est même pas froid... Je le berce lentement en n'écoutant qu'à moitié les paroles de cet homme incroyablement bon, qui m'a permis de retrouver mon enfant chéri... Je caresse la joue de mon bébé en laissant les larmes couler. J'ai peur de lui faire du mal, de mal le tenir... Je me recouche dans le lit et le pose à côté de moi. Je me penche pour déposer un baiser sur son petit crâne imberbe. Samael ressemble déjà tellement à son père... S'en est cruel et pourtant cela me fait plaisir... Pourquoi lui avoir ôté la vie ? Il est si petit et sans défense... Il ne méritait pas cela, il n'a pas demandé à naître... Et hélas j'ai bien compris qu'il ne reviendra jamais parmi nous... C'est pour cela que je dois le rejoindre où qu'il soit. Je n'ai pas le choix, mon fils a besoin de moi et je ne supporte pas de vivre sans lui... Je n'en aurais pas la force. Je suis seule au monde sans lui alors pourquoi continuer de vivre ? Cela arrangera tout le monde. Jenna et Samuel seront débarrassés de la sœur qu'ils ne désiraient pas, et Jessyka pourra vivre sa vie comme elle veut avec ou sans Sam, sans avoir à s'inquiéter pour moi. Je ne manquerais à personne, pas même à ma famille...

Je reste allongée encore quelques minutes contre mon fils à l'admirer puis je me lève enfin. Je le remet correctement sur l'oreiller et le borde avec amour avec de déposer un dernier baiser sur son petit corps. Bientôt nous pourrons nous en faire plein... Je regarde autour de moi pour trouver avec quoi je vais pouvoir me libérer de cette vie. Mon regard se porte sur une armoire que j'ouvre. Dedans il y a un drap... Et dans la pièce se trouve un lustre... Parfait... Une mort douloureuse mais ce n'est pas grave, je serais libérée et heureuse par la suite... J'attrape le drap et le déchire pour qu'il soit assez long. Je tire ensuite la chaise jusqu'au milieu de la pièce pour être juste en dessous du lustre. Je monte dessus et regarde mon petit bonhomme endormi à jamais. Je pousse un soupir et attache tant bien que mal le drap. Je tire dessus et souris lorsque je vois qu'il tiendra sous mon poids. Je redescends ensuite et attrape le petit carnet et le stylo pour écrire une simple phrase : « Je ne peux pas vivre sans eux... » En effet, je ne peux pas vivre sans mes deux Sam... Le Samuel que j'ai aimé avant de savoir qu'il était mon frère et mon Samael, mon tout petit bébé mort avant même de vivre...

Je remonte sur la chaise et fais un nœud coulant au bout du drap. Je le passe ensuite autour de mon cou et sans réfléchir une seconde de plus j'écarte la chaise d'un coup de pied. Je me retrouve suspendue dans le vide. Ma gorge se serre et l'air ne passe plus. Je ne peux pas m'empêcher d'accrocher le drap avec mes mains au niveau du cou. C'est un réflexe que je ne peux empêcher. Je souffre, mes poumons cris de douleur tant et si bien que je perds connaissance. Mon corps se balance lentement au gré des soubresauts qui le parcourent. Et enfin la délivrance arrive. Mon cœur cesse de battre.



© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Messages : 189
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Mar 3 Oct 2017 - 1:54


A demon ends two lives with a claw blow
Jessyka,Alyssa&Ryan  
▴▽▴⟁▴▽▴


Cette journée ne s’arrêtera donc pas? Entre le bébé mort de la pire façon qu’il aurait pu le tuer et les remords qui étaient la seule chose qui me rappelait que j’étais vivante, je ne savais plus si je pourrais encore mettre ma tête partout bien longtemps. Je revenais de me prendre la tête assez fortement avec Nathan en pleine morgue, il ne comprenait pas pourquoi je voulais remonter l’enfant à l’étage puisqu’il était mort, selon lui le choc post traumatique serait trop terrible. J’aurais du comprendre, j’étais moi-même affligée de ce choc, pourtant je n’en faisais qu’à ma tête. Au bout d’un moment je gagnais, Nathan acceptait d’apporter le corps à l’étage pour un maximum de cinq minutes, mais nous allions découvrir que le petit corps était disparu. Un certain doute vint se lever et je me demandais si par hasard Samuel n’était pas venu finir ce qu’il avait débuté. Plus rien ne m’étonnait avec lui. Je fini par remonter à l’étage puisque mon anxiété était trop élevé et Nathan m’ordonnait d’aller voir mon amie ou bien de m’étendre un peu. Je sentais que quelque chose n’allait pas, je n’aurais pu vous dire quoi, mais j’avais ce pincement dans mon estomac qui m’indiquait que rien n’irait plus jamais.

En entrant dans la chambre la première chose que je vis fus le petit corps couché sur le lit où aurait du être Alyssa. En balayant mon regard je fini par la voir, les pieds dans les airs, suspendu au bout de ce drap. Je restais là, dans le cadre de la porte, ne respirant même plus. Mon regard ne pouvait pas lâcher son corps immobile, je la voyais et pourtant je refusais d’y croire. Comment avait-elle pu? Je me sentais tomber sur mes genoux et je vins me soutenir de mes bras, paume contre le sol gelé. Je sentie des larmes couler, mais je ne ressentais pas le besoin de pleurer, je n’avais aucune idée à vraie dire quelle émotion était mienne. Le choc? Je ne pourrais l’admettre, mais une certaine colère vint me rejoindre qui me fit relever immédiatement. Je la soutenais en déliant le drap autour de sa nuque et son corps vint s’écraser sur le mien pour me faire tomber avec elle. J’appuyais mes mains sur son cou, me foutant de la position, tentant de trouver un pouls et pourtant il n’y avait rien. Je déplaçais Alyssa pour la coucher et prenait la chaise pour décrocher le drap, le pliait, le déposait au sol. Revenait vers ma rousse, revérifiait si le cœur battait, me penchait vers l’arrière avant de mettre mes mains sur ma tête et de réaliser soudainement que même si je détruisais la scène elle ne reviendrait pas. Même si j’enlevais le drap, la décrochais, même si je ramenais la pièce à son état actuel elle était morte. J’inspirais de l’air avec toute la difficulté du monde, encore aucun son n’était venu rejoindre mes lèvres depuis le tout début, une véritable scène muette. Je levais doucement les épaules d’Alyssa afin de déposer sa tête sur mes genoux, plaçant ses cheveux avec soin, flattant son front. Je vis les larmes, mes larmes, couler sur son visage pour rejoindre celles qui avaient déjà sécher sur le sien. Je caressais sa joue, avant de relever mes yeux vers le vide, personne n’était là outre moi. Elle était morte seule pendant que moi je me chicanais stupidement, pendant que j’aurais du être là, encore une fois j’avais été absente. Aucun mot ne pourrait m’excuser, aucun sans aucune exception, j’avais causée sa mort.

Mes yeux vinrent alors rejoindre un carnet qui traînait au sol et je l’effleurais du bout des doigts afin de l’apporter à moi. Quand je l’ouvrais les mots à l’intérieur m’arrêtaient net. Sans eux, me dis-je, elle l’aime encore malgré tout. L’aimait…elle l’aimait encore. J’ouvrais soudainement grand les yeux en m’apercevant d’un détail que j’avais osée oublier. Le sang du vampire coulait dans ses veines, je lui avais demandée de la soigner, il l’avait fait. Cela signifiait donc que…non.

«Alyssa…pourquoi? »

La peur me gagnait alors, car même si l’espoir naissait qu’elle revienne des morts, je me rappelais ce que cela signifiait réellement. Mon amie était morte, elle était sur mes genoux et la vie l’avait quittée. Quoi qui se réveille ne serait pas celle que j’avais connu. Quoi qui se réveille ne serait pas ma Alyssa.
 


code by bat'phanie

_________________
Teenage Witch looking for immortality
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 685
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Mar 3 Oct 2017 - 4:37



A demon ends two lives with a claw blow



A peine ai-je perdu connaissance que je me retrouve je ne sais pas où. L'endroit est étrange, il fait sombre et il y a beaucoup d'arbres morts mais plus j'avance plus les arbres reprennent vie. Je regarde partout autour de moi et soudain un homme me fait face. Mon cœur me lance d'un seul coup. Je reconnais cette personne sans l'avoir jamais vu. C'est mon Samael mais en adulte. Il me sourit et me tend les bras. Je cours me blottir contre lui. C'est si bon ! C'est donc cela le paradis ? Je suis enfin réunie avec mon petit bébé... J'espère ne jamais quitter cet endroit. Je me sens si bien. Et soudain j'entends sa voix, mais il n'a pas l'air de bouger la bouche... Il parle directement dans ma tête...

- Maman, tu dois vivre et te venger. Fais leurs payer ma mort, ils doivent tous mourir pour que tu puisses vivre au mieux jusqu'au jour où tu me retrouveras. Je t'attendrais maman. Je t'aime.

Ainsi donc je peux revenir... Mais en ai-je réellement envie ? Je ne veux pas le quitter... Je veux rester ici à jamais avec lui. Mais je dois réaliser son souhait. Je ne sais vraiment plus quoi faire... J'ai peur de ne jamais le revoir... Soudain tout devient flou, et là c'est l'enfer. Trop de lumière, trop de bruit. Et toutes mes émotions se battent en moi. J'ouvre les yeux et je me retrouve de nouveau dans la chambre d'hôpital. J'ai raté ma mort ! NONNNN... Laissez-moi y retourner, je ne suis pas bien ici. Je ne comprends pas ce qui se passe... Tout est tellement amplifié ! Je n'arrive pas à me concentrer sur quelque chose en particulier. Je sens l'odeur de la mort, du sang et plein d'autres odeurs. Pitié que ça s'arrête... Je me redresse sans me rendre compte que j'étais dans les bras de Jessyka. Je n'arrive pas à avoir pleinement conscience de ce qui m'entoure. Je me dirige vers le lit et y trouve mon bébé... Je sens la rage me monter, la folie s'installe lentement, coulant dans mes veines, se dirigeant vers mon cœur. Je n'ose pas le toucher car je sens que quelque chose cloche chez moi. J'ai peur de lui faire du mal. Je bouche mes oreilles, j'entends tout et ça va me rendre encore plus dingue que je ne le suis déjà. J'entends les gens dans les couloirs, les voitures dehors et surtout j'entends un battement de cœur. Sans en prendre conscience je me concentre dessus, je ne saurais dire pourquoi mais cela m'attire particulièrement. Je cherche dans la pièce et me rend compte que Jessyka est là. Elle a l'air d'avoir peur de moi. Et j'aime cette sensation. Je souris et soudain une douleur me prend dans la bouche. Je mets mes doigts dedans et tire sur mes gencives. Je sens quelque chose pousser. Je lance un petit cri et enfin la douleur disparaît. Je me concentre de nouveau sur Jessyka et ce que m'a dit Samael me revient en mémoire. Je dois me venger pour soulager ma peine. Ils sont tous coupables. Jenna, Samuel, Jessyka, ma famille... Ils le sont tous... D'une façon ou d'une autre c'est à cause d'eux que Samael est mort et que j'ai cherché à mourir. Ils vont le payer de leurs vies. Je dois les tuer, les faire souffrir pour nourrir ma folie. Et après je pourrais mourir pour de bon...

Je m'approche d'elle très rapidement, et sans prévenir je me jette sur elle. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai envie de la mordre. J'ai envie de boire son sang, je vois sa veine palpiter dans le cou... Je ne comprends pas ce qui se passe mais je l'immobilise au sol sans me soucier de si je lui fais mal ou pas. Et soudain je la mords. Le goût au départ m’écœure mais bien vite je me rends compte que j'aime cela. Je commence alors à boire en retenant ses mains dans les miennes contre le sol. Je ne veux pas qu'elle bouge, je dois boire encore et encore. Je m'arrête quelques secondes pour la regarder dans les yeux. Je veux voir sa peur, je veux qu'elle se rende compte que je ne suis plus la faible Alyssa. Je veux qu'elle ait peur de moi et qu'elle sente la mort arriver. Elle n'est pas coupable de la mort de mon fils, mais elle est coupable d'autre chose forcément.



© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Sorcier
Messages : 189
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Mar 3 Oct 2017 - 19:18


A demon ends two lives with a claw blow
Jessyka,Alyssa&Ryan  
▴▽▴⟁▴▽▴


Celle qui une seconde avant dormait paisiblement de sa mort sur moi ouvrait alors ses yeux. J’avais appréhendé ce moment pour une heure, une très longue et interminable heure dans laquelle j’étais venu à la conclusion que mon amie était bel et bien morte. Quand elle ouvrait ses yeux elle était une nouvelle âme, une nouvelle personne et si j’aurais voulu lui donner une chance de se présenter à moi elle venait me sauter à la gorge avec une violence brusque. Je n’eu pas le temps de réagir, sous le choc, je sentie uniquement les crocs entrer dans ma gorge et une douleur effroyable me parcourait la colonne. Je voulais crier, mais je me retenais, car je n’en avais plus la force. Je fermais simplement mes yeux en la laissant se nourrir, en souffrant, molle et incapable. Elle était morte, me dis-je, ma Alyssa s’était suicidée et cette chose avait pris sa place.

La rage au ventre, toute peur qui aurait pu être mienne ne vint pas à moi, ce ne fus qu’uniquement la haine. Mes dents claquaient ensemble alors que je tentais de la repousser pour la première fois avec force alors qu’elle m’avait précédemment immobilisée au sol. Elle vint rejoindre mon regard et ne découvrirait que la colère qui s’était éprise de mon être. Il n’était pas question que j’implore ma vie auprès d’une de ces créatures. J’ouvrais mes lèvres, prête à prononcer un prénom avec la certitude que cette chose se verrait dépourvu de sa tête quand elle me regardait, mais je ne pu m’y résoudre. Je respirais difficilement alors que le sang coulait de mon cou et que ma tête commençait à ressentir un vertige. C’est alors que je concentrais toute l’énergie qu’il me restait et que mes mots résonnèrent dans toute la pièce.

«Prae Dolore »

Dis-je avant que la vampire se tortille de douleur en moins d’une seconde. Je me relevais, une main contre ma nuque et une autre dans sa direction pour continuer mon sortilège de magie noire. Je tirais les forces ténébreuses directement du démon, puisque j’aurais été incapable par moi-même, je me reculais d’elle avant de la regarder avec une froideur meurtrière. Je distinguais chaque trait de sa personne avec un certain dégoût alors que du sang coulait encore de son menton, mon sang.

«Si tu m'attaque une autre fois…si tu m’approche à nouveau…je n’hésiterai pas à te tuer. »

Dis-je sans aucune lueur de pitié. Je tournais les yeux vers le seigneur vampire qui venait d’entrer dans la pièce en panique et qui vint me saisir le poignet en me broyant immédiatement des os ce qui me fit relâcher ma prise magique. Son regard plein de veine dansante, il me dévisageait, mais je soutenais son regard. Il mentionnait d’une voix sombre que je ferais mieux de ramener l’enfant à la morgue et se mordait le poignet pour forcer son sang sur mes lèvres. J’avais un mouvement immédiat de recul avant qu’il ne réussisse à m’atteindre.

«Garde ton sang maudit pour toi vampire, je n’en ai pas besoin! »

Il relâchait sa prise non sans dire que j’entendrais bientôt parler de lui et il allait saisir Alyssa par les épaules pour l’empêcher de bouger alors que je prenais la petite chose pour l’enrouler d’un drap et quitter vers la morgue.

Une fois au sous-sol je croisais le regard de Nathan juste avant de m’évanouir.


code by bat'phanie

_________________
Teenage Witch looking for immortality
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 685
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Mar 3 Oct 2017 - 19:48



A demon ends two lives with a claw blow



Je ne comprends pas du tout ce qui se passe. Je ne comprends pas pourquoi je ressens le besoin de sauter à la gorge de Jessyka. Tout ce que je sais c'est que je ne veux plus arrêter. C'est si bon... J'aime la sensation de son sang descendre en moi... Et bizarrement j'aime sentir que je suis plus forte qu'elle, Jessyka a beau se débattre sous moi elle ne parvient pas à me faire bouger. C'est la première fois que je me sens réellement puissante et moins minable que je ne l'étais auparavant... Mais soudain Je me retrouve comme une petite chose torturée... Mon corps souffre le martyr. Je me décale rapidement de Jessyka et hurle de douleur. Mon dieu, il faut que cela cesse, c'est trop horrible ! J'ai l'impression que chaque os de mon corps se brise. Je suis complètement recroquevillée sur moi-même, incapable de me défendre. Je ne fais que subir ces douleurs épouvantables. La douleur provoque des nausées... J'ai des haut le cœur. Je me retiens de vomir. Je ne veux pas lui faire ce plaisir... Je déglutis beaucoup pour essayer de calmer tout cela. Soudain je manque d'exploser de rire, je suis obligée de poser mes deux mains sur ma bouche. Un peu plus et je recrachais ce que j'ai bu. Elle veut me tuer si je l'approche à nouveau... Et bien elle a vite oublié notre si belle amitié on dirait... Mais cela me va parfaitement... Elle n'a rien fait pour sauver mon fils. Et un jour elle me le paiera, je me vengerais d'une façon ou d'une autre au nom de mon fils.

Je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit, de toute façon je crois que je n'en aurais pas été capable à cause des nausées et des douleurs. Ryan entre dans la pièce et la douleur cesse d'un coup mais pas les nausées. Je le connais !! Mon dieu ! Mais oui ! J'ai été attaqué par des vampires et il m'a sauvé la vie une fois, mais... Mais il m'a fait oublier tout ce qui s'est... OH PUTAIN DE MERDE !! JE SUIS UN VAMPIRE ! Ceci explique cela ! J'ai bu son sang parce que je suis... Non mais dites moi que je rêve !Je voulais vomir et me voilà immortelle ? S'en est trop pour moi, je me penche en avant et vomi le sang que je viens de boire. Soudain il s'approche de moi et m'attrape pour m'empêcher de bouger. Et je dois dire qu'il a bien fait car je deviens totalement hystérique lorsque Jessyka prend mon enfant pour l'emmener à tout jamais loin de moi... Elle n'a pas le droit ! Elle ne peut pas faire cela. C'est mon fils ! Il faut qu'il reste avec sa maman !

- NONNNN rends-moi mon fils ! Ryan lâchez moi !!!! Pitié ! Elle n'a pas le droit, elle va me le payer. Je vais mourir sans lui ! Rendez-moi mon bébé !!!

J'essaie de me débattre, de le taper, de le mordre, de l'atteindre par n'importe quel moyen pour qu'il me lâche. Je sais ce qu'ils vont faire à mon tout petit, il va être... Ils vont le... Nonnn ils ne peuvent pas l'incinérer... En plus de ne pas le sauver elle va le détruire ! Cette fille est morte ! Je jure que je vais la tuer. Ryan ne pourra pas me tenir comme il le fait pour toujours. Et après avoir tué ces six personnes qui sont désormais sur ma liste je pourrais mettre fin à mes jours et retrouver Samael. Je continue de me débattre mais je comprends rapidement que c'est vain alors j'abandonne le combat et me met à pleurer en m'accrochant à Ryan comme si ma vie en dépendait. Mon corps me semble bien trop lourd pour me porter. Et ma tête me fait tant souffrir. Avec tout ce bruit qui nous entoure et mes émotions c'est un vrai capharnaüm dans ma tête. Je voudrais que tout s'arrête... Et je voudrais comprendre ce qui m'arrive. Tout est décuplé, même mon sens du toucher n'est plus le même qu'avant... Je crois que j'ai peur...

- Je n'en peux plus... Je veux que tout s'arrête... Je ne voulais pas vivre... Aidez-moi...

Je ne sais plus quoi faire, comment me débrouiller... Je sais que mon envie de meurtre m'aidera à avancer mais j'ai si mal... Je souffre tellement... Où est le bouton stop et retour en arrière ?



© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Seigneur Vampire
Messages : 149
Date d'inscription : 26/03/2017

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Ven 6 Oct 2017 - 0:55


A demon ends two lives with a claw blow
Jessyka,Alyssa&Ryan  
▴▽▴⟁▴▽▴


J’entrais dans la pièce en moins d’une seconde, le cœur en panique croyant qu’Evelyn était soudainement attaquée par un être magie, mais mes yeux se posaient sur la rousse ainsi que la sorcière. Je ne pris pas le temps de réfléchir et prenait le poignet de la sorcière sous ma main afin de l’écraser. Elle cessait aussitôt d’user de sa magie, ressentant une certaine douleur au vue de son visage, elle me dévisageait aussitôt. Elle osait soutenir mon regard avec une certaine rage, mais je n’en avais que faire, je me mordais le bras pour la forcer à prendre mon sang et pourtant elle se reculait avec force. Je n’avais pas envie que Williams la voit dans cet état, mais puisqu’elle était têtue c’était son problème. Je lui disais froidement de prendre l’enfant et de quitter et je venais saisir la mère qui se relèverait bientôt. La rousse tentait de se débattre sous ma poigne, mais rien n’y faisait, je la tenais fermement. Elle me suppliait, menaçait, elle tentait de se tortiller hors de ma force, mais rien n’y aurait fait.

«Ça suffit! »

Tranchais-je de ma voix froide et stricte. Je lâchais ses épaules et venait prendre ses poignets avec force avant de la plaquer contre le mur derrière nous avec une certaine violence.

«Tu te calme ou je te calme, ton choix!»

Je ne voulais pas être violent, loin de moi l’idée de lui faire du mal, mais quand elle avait commencée à vouloir me mordre mon impatience avait resurgie. Je n’allais pas endurer ce caractère bien longtemps, si elle était pour désobéir à ce point je la mettrais à mort moi-même, surtout qu’elle n’était décidément pas désirée. Je choisissais ma progéniture, selon leur caractère physique et psychologique, ils devaient toujours avoir quelque chose d’unique. Evelyn était une fière combattante loyale et fidèle envers son frère. Je l’avais choisi car ses qualités se voyait à la première rencontre et ne regrettais surtout pas mon choix. Alyssa était…De ce que je l’avais connu dans la ruelle instable. Naïve, facilement effroyable, impulsive et j’en passe. J’avais peur du résultat que cela donnerait une fois vampire, surtout que sa mort fut apparemment causée par un suicide au vue de la rougeur sur sa gorge qui disparaissait très doucement. Je soupirais d’énervement en la maintenant fermement dans ma poigne. Elle en venait à me supplier de nouveau, je pu presque sentir la peur sortir des pores de sa peau, ce qui ne calmait en rien ma colère actuelle. Si elle était pour devenir un vampire sous ma tutelle elle aurait droit à un suivit psychologique, de toute évidence elle avait ramenée sa souffrance humaine avec elle dans son immortalité, si cela me mettait en colère c’était qu’elle se mettrait en danger. L’idée que le sang de mon sang coule encore sur le plancher faisait bouillir le sang dans mes veines et réveillait mon cœur de glace.

«Oh, je vais t’aider Alyssa. »

Mentionnais-je d’une voix sombre en la tirant vers moi rapidement.

«Je vais t’aider à accepter ton immortalité et à être un vampire, mais c’est trop tard pour mourir. Maintenant que tu m’appartient je vais te contraindre à ma volonté et je refuse de te voir mourir.»

Sans un mot de plus je lui relâchais un poignet et prenait une seringue de sédatif que je plantais dans sa nuque. Je glissais son corps contre le mien en la soutenant de mon bras tendis qu’elle glissait dans les bras de Morphée.







code by bat'phanie

_________________
You can find good
you can find evil in the night ▬ You can find whatever you are looking for and even more. You just have to pay attention and darkness will find you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 685
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 31
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  Ven 6 Oct 2017 - 14:17



A demon ends two lives with a claw blow



Ryan... Le vampire qui m'a sauvé un jour dans une ruelle pour je ne sais quelle raison est celui qui vient de nouveau de me sauver la vie... Mais pourquoi est-il toujours sur mon chemin ? Il aurait dû me laisser mourir la première fois qu'on s'est vu en fait. Cela m'aurait évité bien des ennuis par la suite et je ne serais pas un vampire actuellement... Mais il n'y aurait pas mon petit bébé quelque part je ne sais où. Aujourd'hui en plus de m'avoir sauvé la vie il a éloigné mon bébé et je sais que je ne le verrais plus jamais... J'ai beau me débattre, essayer de le mordre et de faire tout ce qui me vient par la tête je n'y parviens pas. Il est plus fort que moi. Je ne peux pas bouger comme je le voudrais... J'agis comme une folle j'en ai conscience mais il faut me comprendre, j'ai perdu tout ce à quoi je tenais, il ne me reste plus rien. Ce n'est pas pour rien que j'ai mis fin à mes jours... Soudain il ouvre la bouche et je reste stupéfaite. Il fait peur ce médecin... Il me plaque contre le mur avec violence mais je ne grimace pas. Il me laisse le choix de me calmer, mais qui dit que j'en ai envie ? Bien sur que j'ai envie... Mais après avoir obtenu ce que je désire... Mais il a raison, il faut que je me calme pour l'instant, mais c'est impossible, je n'y arrive pas. J'ai tout dans ma tête, et ces bruits autour de nous... Ça fait trop pour moi... Je veux les tuer, et ensuite je pourrais mourir en paix... Est-ce que je demande la lune ? J'ai le droit à ma vengeance non ?

Au moment où il m'annonce qu'il va m'aider je suis prête à sourire et à lâcher prise mais il parle de mon immortalité et m'annonce que c'est trop tard pour mourir... Je lui appartiens et il veut me contraindre... Il ne veut pas que je meurs ! Comment pourrait-il m'aider alors ? J'ai été prisonnière d'un nom toute ma vie, je ne veux pas être prisonnière d'un homme et d'une nature de vampire... Je ne veux pas vivre éternellement... Je ne suis pas prête, je ne le mérite pas... Je veux juste mon enfant... J'allais lui expliquer ma façon de penser pas très gentiment mais je sens que je dois être polie... Du moins essayer.

- Vous appartenir ? Ne pas mourir ? Sérieuse...

Je ne termine pas ma phrase car je ressens alors une petite douleur dans la nuque et mes forces commencent à m'abandonner. Il m'a drogué !! Non... Je ne veux pas perdre conscience. Je me laisse pourtant aller dans ses bras et sent la fatigue me prendre de plus en plus...

- Non...

Et je perds alors connaissance...



© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)  

Revenir en haut Aller en bas
 
A demon ends two lives with a claw blow (Jess, Sam, Ryan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Golden demon 2012
» Zenith Z-Claw
» Marmotte le jour, petit démon la nuit
» Moi aussi ma Pépette ange est devenue démon...
» idées pour bapteme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. :: Archives :: Archives des membres :: Anciens RP-
Sauter vers: