.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 family meeting : revelation - Rosenwald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Messages : 123
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  Jeu 21 Sep 2017 - 15:23


Family Meeting

Jenna, Alyssa & Samuel

Ma présence dans le manoir était exceptionnelle, je n’y était presque jamais et ce depuis plusieurs semaines. En fait depuis le moment ou j’avais enfin pu être libérer des enfers je n’avais pas réellement prit le temps de profiter de cet endroit. Sa présence était désagréable, me mettant d’ailleurs encore plus en colère de devoir encore une fois tolérer la présence de ma sœur cadette dans ma propre chambre alors que clairement je n’avais pas envie de la voir. Mon comportement le démontrait très bien mais je ne savais pas pourquoi elle était encore là. Elle voulait des réponses sur mon comportement mais aussi sur notre lien. Je n’avais absolument pas envie de parler avec elle se soir. J’avais besoin de me calmer, j’avais besoin de me remettre les idées en place mais surtout j’avais besoin de tué pour y arriver et sa présence m’empêchait de faire ce que j’aurais normalement du faire. Mon but en arrivant au manoir était de prendre une douche et de repartir mais Alyssa avait visiblement d’autre projet. Sa première série de questions fit naitre en moi une certaine colère. Elle ne changerait jamais visiblement. Trop occuper a en vouloir au monde entier pour se rendre compte que le problème venait peut-être d’elle au final. Je me contente finalement de répondre de manière simple et brève. Techniquement je ne lui ai pas menti puisqu’elle n’a jamais pris la peine de me demander mon nom de famille. Cette réponse semble l’amusé. Mon regard reste cependant aussi noir qu’il l’était à son arrivé. Je peux percevoir sa colère, sa honte sa tristesse mais aussi le peu de folie qu’elle a en elle. Un rictus mauvais apparait au coin de mes lèvres. Finalement elle n’a peut-être pas seulement le nom de famille en lien avec Jenna et moi …

Le silence s’installe entre nous quelques instants avant que finalement je n’ouvre les lèvres une nouvelle fois. L’avisant clairement que c’est sa naissance qui à tout causer. Sa réaction fait de nouveau apparaitre un sourire amusé sur mes lèvres. Ainsi donc si elle aurait pu choisir une famille elle ne serait pas venue au monde chez les Rosenwald. Cette idée était amusante à entendre car personnellement même si on m’avait offert de tout recommencer dans une autre ville, sous un autre nom ou même simplement avec une autre famille je ne l’aurais jamais accepté. Cette famille avait forgé l’être que j’étais aujourd’hui et même si mon chemin de vie n’avait pas été parfait je trouvais cela parfait comme c’était. Je n’aurais rien changer sauf peut-être deux ou trois détails. En tout premier lieu la naissance de cette chère Alyssa, déjà, son absence règlerait plusieurs problème. Mais bon, elle était là et la seule manière de me débarrasser d’elle était de la mettre à mort. C’était une idée intéressante et même alléchante. Elle le méritait amplement à mon avis à moi de connaitre une mort atroce. Je du cependant cesser de me l’imaginer morte car de nouvelle elle ouvrit les lèvres pour me poser de nouvelles questions … elle ne comprendrait jamais. Je ressentis cependant un nouvel élan de rage lorsqu’elle prononça le nom de Jessyka. Ce n’était pas du tout le temps de parler d’elle et Alyssa devrait payer de son erreur.

Je claquais des doigts et brusquement la porte de ma chambre se refermai, empêchant Alyssa de fuir si elle le voulait. Je m’approchai alors d’elle avec une rapidité impressionnante, la saisissant par les épaules pour la faire entrer en contact avec le mur. Mon regard était toujours noir et alors que je lui saisissais la mâchoire non sans douceur, le sang qui tachait mes mains se transféra sur sa peau. Mon cœur battait avec force tellement la colère était intense. Ma voix se fit alors entendre, plus glaciale que jamais.

« C’est Jenna qui t’a dis sa je présume … »

Je marquai une très courte pause avant de reprendre.

« Je n’ai jamais couché avec elle … elle m’a simplement vendu son âme … »

Je relâchai mon emprise sur elle pour reculer de quelques pas. La porte s’ouvrit une nouvelle fois, lui offrant la chance de s’enfuir si elle le souhaitait. Je passai une main dans mes cheveux et je répondis finalement à son dernier questionnement.

« Je ne t’ai jamais aimé, je ne t’aimerai jamais et rien au monde ne pourra changer cela … »

Je me laissai alors tomber sur le lit, m’assoyant au rebord de celui-ci. Je voulais qu’elle parte à l’instant, je n’avais pas envie qu’elle reste dans ce manoir. Chose certaine … Jenna allait me le payer cher.



_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Vampire
Messages : 655
Date d'inscription : 05/05/2017
Age : 30
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  Ven 22 Sep 2017 - 4:40


family meeting : revelation



Je n’arrive pas à croire que je tente de confronter Samuel pour savoir s’il savait qu’il est bien mon frère et savoir s’il couche avec ma meilleure amie. C’est digne des pires feuilletons d’amour à la télévision… Je crois que je n’arrive toujours pas à réaliser ce qui se passe ou alors je refuse de voir la vérité en face. Je ne veux pas que tout cela soit réel. Je veux retourner quelques heures en arrière où j’ignorais encore tout de la vérité… Je veux effacer la conversation que j’ai eue avec Jenna. Oui je préfère ne rien savoir, me voiler la face plutôt que de mettre fin à tout cela… On m’aura donc menti pour tout durant toute ma vie… Le pire c’est que Samuel a totalement changé de visage avec moi. Il cherche même à me rendre coupable en disant que c’est à cause de ma naissance tout cela… C’est juste horrible de voir à quel point je lui semble indifférente. De voir qu’il a fait semblant avec moi… A moins qu’il ne joue un rôle pour me forcer à le fuir et rendre la situation plus simple… Il essaie peut-être de me protéger dans un sens…

Soudain lorsque je parle de Jessyka il devient furieux. Il ferme la porte d’un claquement de doigt. Que va-t-il m’arriver ? Je suis prisonnière de lui. En temps normal cela m’aurait fait plaisir et j’aurais souri mais là je meurs de trouille. Il me plaque contre le mur et cela n’a rien à voir avec le fait de vouloir faire l’amour… Non, je sens qu’il a envie de me tuer, de me faire du mal. Je n’ai même pas le courage de me débattre, je ne fais pas le poids contre lui. Il m’attrape alors la mâchoire et je tente de grimacer lorsque le sang se colle sur mon visage. J’aimerais mettre pause en cet instant, le contempler et l’embrasser… Mais ce n’est pas possible et j’ai bien trop peur pour tenter quoi que ce soit. Il comprend que c’est Jenna qui m’a parlé de sa relation avec mon ancienne meilleure amie. Il ose alors m’affirmer qu’il n’a jamais couché avec… Je ne sais pas si je dois le croire ou non… Mais lorsqu’il rajoute qu’elle lui a vendu son âme je reste stupéfaite. Jamais elle ne ferait cela. Elle a trop en horreur les démons pour s’associer avec l’un d’entre eux. Surtout avec Samuel… Mais si elle est amoureuse de lui alors peut-être que…

Il me relâche alors et ouvre de nouveau la porte. Je suis bien trop ébahie pour comprendre que je suis libre de partir. Donner son âme à Samuel ? Mais pourquoi ? Comment ? Hein ? Et voilà qu’il me porte le coup fatal. Il ne m’a jamais aimé… Mais pourtant il me l’a dit ! A quel jeu joue-t-il ? Pourquoi me faire ça à moi ? J’ai toujours été sincère envers lui. Je suis perdue, il faut que je parte, ma tête va exploser. Je ne veux plus penser à cela ! Il faut que je sorte prendre l’air et vérifier le reste de ce que Jenna m’a dit. C’est donc avec toute la grâce d’un caribou qui se fait courser par un loup que je suis sortie de la chambre. J’ai dévalé les escaliers le plus vite possible sans un regard en arrière. Je me rends soudain compte que je ne lui ai même pas répondu, je ne lui ai pas dit ma façon de parler. J’ai été bien trop choquée pour dire quoi que ce soit… Moi qui parle pourtant si souvent. J’ai juste pensé à fuir. Dans les escaliers je me rends compte de tout ce que cela signifie. Arrivée au rez-de-chaussée je m’arrête juste une seconde pour reprendre mon souffle. La nausée est de retour. Je ne veux pas que Jenna m’entende, je ne veux pas qu’elle sache que je suis partie en mode furie. Elle ne doit pas savoir comment s’est passée la discussion avec Samuel. Je ne lui ferais pas ce plaisir. C’est donc dans un silence religieux que j’ai quitté le manoir en me jurant de ne plus jamais y mettre les pieds. Direction la pharmacie. Je veux voir si Jenna m’a menti sur ma présumée grossesse… Et je compte bien ensuite voir si Samuel m’a réellement menti… Je suis sûre qu’il a eu des sentiments pour moi mais que désormais il doit le cacher… Mais je trouverais bien un moyen de le récupérer… Je l’aime moi…



© MISE EN PAGE PAR TAZER.

_________________
Who am i?
And i am taking a road to nowhere, I keep walking in the dark place, no answers to my prayers ▬ The wreckage of my past still haunts me, just an old story, that I can't seem to forget no matter how hard it gets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Messages : 177
Date d'inscription : 25/03/2017

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  Sam 23 Sep 2017 - 22:04


Revelation; the game
Jenna&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

L’ouragan n’avait pas mis de temps avant de quitter le manoir, me laissant satisfaite sur le divan, limant mes ongles en souriant de plus belle. Je me doutais bien que mon frère devait être dans une colère insurmontable, mais il me fallait voir son regard de haine, il me fallait voir son cœur anéantie pour enfin être satisfaite de mes actions. Heureusement pour ma propre personne, il n’avait aucune idée de ce que j’avais fais, un simple sort de charme pour lui rappeler qu’il ne méritait aucunement le bonheur. Il devrait tôt ou tard se rendre compte qu’il n’était qu’un monstre et que les monstres n’avaient pas de fin heureuse. Il croyait quoi? Qu’il pourrait défier le diable lui-même et regagner sa liberté dans les bras de sa stupide sorcière? Je ne pouvais pas lui laisser cette chance si aisément alors qu’il m’avait privé mes chances au bonheur. J’étais prisonnière des griffes de l’enfer, l’ayant suivit dans la mort, ayant vraiment voulu l’aider pour le plus long des moments. J’avais voulu lui acheter sa paix afin d’obtenir la mienne, j’avais cru que mon frère méritait mieux, mais maintenant je savais la vérité. Il méritait le malheur, son cœur qui se brisait sous sa poitrine n’était que le résultat de ses propres actions. Un tueur tel que lui, un sociopathe sans cœur ne méritait certainement pas un doux bonheur auprès d’une personne qui l’acceptait tel qu’il était. Quel conne, si vous voulez mon avis, assez idiote pour pardonner des crimes qu’il avait commis alors qu’elle n’en était pas la victime. Je n’en avais pas fini avec elle pour tout admettre, car si le charme osait rompre je lui donnerais des cauchemars qui allaient la torturer chaque nuit, désignant les souffrances que j’avais moi-même subite sous les mains de Samuel. Ce n’est qu’en voyant son véritable visage qu’elle se rendrait compte de qui il était, de la connerie qu’elle faisait. Elle verrait ses veines injectés de sang, sa rage de vivre, chacun de mes derniers souvenirs et de son refus même dans mes supplications. Tout était déjà en place, comme une bombe qui exploserait à retardement, j’avais hâte qu’il brise le charme pour découvrir mon cadeau empoisonné.

Je montais donc le grand escalier pour me rendre devant la porte encore ouverte de la chambre de mon frère. Je le regardais, sur son lit, encore couvert de sang et de rage qui coulait avec violence dans ses veines. J’hésitais une seconde en le voyant si misérable, me demandant si j’avais pris la bonne décision, baissant même mon regard sur le sol d’une certaine honte. Malgré tout le mal que nous pouvions nous faire subir, malgré toute la haine que je pouvais ressentir, quelque chose en moi gardait encore mon humanité intacte. Cette envie qu’il soit soigné, qu’il soit guérit de sa rage, qu’il soit enfin apte à vivre sans devoir tuer pour subsister. Je soupirais avant de faire un pas lent dans la chambre et de croiser mes bras sur mon corps pour me protéger, pur réflexe.

«Tu es enfin débarrassé d’Alyssa…content?»

Reprenais-je de cette fausse fierté. J’étais petite dans mes souliers pour tout admettre, j’avais peur même si je voulais le cacher et je savais très bien qu’il décèlerait la vérité sous mes airs de durs en moins d’une seconde. Je me demandais si chasser Alyssa avait véritablement été une bonne idée, mais en même temps elle était devenu un problème important, elle était complètement obsédée par Samuel. Je gloussais, immobile, attendant de voir quel serait la réaction ultime de mon jumeau et à quel point je souffrirais la seconde ou son regard de cyan se poserait sur mon visage.



code by bat'phanie

_________________
I focus on the pain
it's the only thing that's real. ▬ Everyone one i know goes away in the end. I will let you down, I will make you hurt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Messages : 123
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  Dim 24 Sep 2017 - 16:05


Family Meeting

Jenna, Alyssa & Samuel

Pourquoi diable je devais toujours tolérer ce genre de chose ? Pourquoi ne comprenait-elle pas que je ne voulais rien avoir à faire avec elle et que je ne l’aimais pas du tout. Elle semblait tellement y croire qu’elle me faisait presque pitié. Il fallait être idiote et débile pour croire tout ce que pouvais dire Jenna dans une journée. Ma colère contre elle fut intense mais ce fut rapidement terminé. Je me contentai de lui faire suffisamment peur pour qu’elle quitte enfin ma chambre. Je ne manquai cependant pas de lui dire clairement que je ne l’avais jamais aimé et que jamais ce ne serait le cas. Il fallait avoir un problème grave au cerveau pour pensé que moi, Samuel Rosenwald je pouvais ressentir de l’amour pour l’une de ses sœurs. Ce n’était jamais arrivé et cela ne se produirait jamais. Je pouvais tout de même percevoir de la part d’Alyssa qu’elle espérait qu’un évènement quelconque ferait en sorte que cela allait changer. Elle ne comprendrait donc jamais visiblement et elle était réellement une idiote de premier ordre. J’avais presque l’impression qu’elle avait été échapper à la naissance tellement sa bêtise était visible à tous. Elle n’avait rien d’une véritable Rosenwald et elle ne le serait jamais à mes yeux. Peu importe ce qu’elle ferait, ce qu’elle deviendrait ou encore qui elle finirait pas devenir elle ne méritait pas ce nom de famille du moins à mes yeux à moi.

Ma sœur cadette fini par se sauver de ma chambre après que je l’eu plaquer contre le mur. Sa disparition me fit un bien fou. Ma colère était si intense que si elle était resté avec moi j’aurais certainement perdu le contrôle et malgré notre lien familial elle aurait pu mourir. Je me trouvais maintenant assis sur le bord de mon lit. Mon cœur battait avec force dans ma poitrine, le sang qui circulait sous ma peau me donnait l’impression d’être bouillant. Mon regard normalement si beau et attirant gardait cette teinte sombre. Je me permettais donc un léger moment de silence avant de retourner à mes activités. Malheureusement pour moi, j’allais devoir changer mes projets car alors que je me donnais du courage pour aller dans la douche, je pu entendre le son caractéristiques des souliers de ma jumelle dans les escaliers. Un soupire remplit de colère se fit entendre. Clairement tous le monde c’était passé le mot pour me faire chier le plus possible aujourd’hui. Je continuais de regarder le sol en me disant que si je l’ignorais elle comprendrait peut-être le message et elle me laisserait seul. Le bruit de ses pas s’arrêtèrent devant ma chambre, j’espérais réellement que le bruit reprendrais en s’éloignant mais elle fini par s’avancer pour entrer dans ma chambre. Je continuais de regarder le sol en silence mais je ne pu continuer de l’ignorer car elle fini par ouvrir les lèvres. La colère en moi se mit à bouillir une nouvelle fois et ma tête se releva rapidement, mes yeux toujours de couleur noire. Non je n’étais pas content car je savais parfaitement que j’allais devoir la croiser de nouveau.

Je me relevai en silence de sur le lit pour me remettre en position debout. Je ne la quittais plus des yeux et je me permis de lire en elle. Elle semblait craindre ma réaction et pour juste cause. Elle ne devait pas encore savoir que je connaissais ses dernières actions. Elle devait penser qu’elle seule connaissait le charme et qu’elle pourrait en profiter un peu avant de tenter de me faire du mal en me le disant. J’ouvris alors les lèvres et ma voix se fit entendre, glaciale, ténébreuse, sadique.

« Qu’est-ce que tu as encore fais … »

Je dégageais une chaleur anormale tellement ma colère était intense. Je laissai quelques secondes a Jenna avant d’ouvrir les lèvres une nouvelle fois.

« Tu pensais garder sa pour toi combien de temps ? »

Sans une seconde de plus je me déplaçai avec une vitesse impressionnante, réduisant l’espace entre elle et moi au néant. Je la saisi par la gorge avec force pour la propulser vers l’arrière. Alors qu’elle glissait sur le sol j’ouvris les lèvres.

« Suscipit vitae »

Presque instantanément le garde fou prit vie pour se séparer et ainsi faire en sorte que ma chère jumelle soit propulsée au premier étage sans grande douceur. Sans plus je me mis en mouvement avec une rapidité impressionnante pour la rejoindre. La forçant à se remettre debout je la plaquai alors violemment contre le mur. La maintenant à la gorge. Ma voix se fit de nouveau entendre.

« Tu croyais vraiment pouvoir me jouer dans le dos ? »

J’attendais sa réaction à présent. Elle en avait beaucoup a assimilé puisqu’elle venait tout juste de me voir utilisé la magie. Mais je m’en foutais complètement, je voulais simplement la faire souffrir, la forcer à regretter son idée stupide mais surtout m’assurer qu’elle ne recommencerait plus jamais lorsque j’en aurais fini avec elle.




Suscipit vitae = Prend Vie

_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Messages : 177
Date d'inscription : 25/03/2017

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  Mar 26 Sep 2017 - 21:55


Revelation; the game
Jenna&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

Je dois admettre que j’étais particulièrement inquiète, mais pas pour lui, je savais que quoi qu’il advienne Samuel s’en sortirait vainqueur comme toujours. Il n’apprendrait jamais de ses erreurs, pas avant un long moment, pas avant qu’il ressente enfin les regrets vis-à-vis ses actions. J’avais crainte que ce moment ne viendrait jamais, qu’il serait constamment fier de qui il était, je savais que mon frère ne trouverait pas l’absolution qu’il nécessitait tellement. J’étais inquiète pour ma propre personne, égoïste que je suis, car au fond de moi je craignais qu’il sache la vérité. Qu’il sache que je lui avais enlevée la seule chose qu’il avait aimé dans toute son existence sans un remord, sans un regard, je lui avais simplement arrachée en me foutant du reste. En y repensant ce n’était pas ma plus brillante idée, car en le voyant assit sur son lit je comprenais l’ampleur de mon geste, mon frère n’était plus que l’ombre de sa personne. Je lui avais fait comprendre que l’amour lui ferait du mal, plutôt que lui faire prendre conscience qu’il avait une dette à payer, ce qui n’était pas mon intention première. Je tentais de lui parler, ouvrant mes lèvres, essayant de lui être favorable comme à mes habitudes. Il était vrai que je venais de le débarrasser de notre sœur de façon temporaire. Je n’avais aucune idée des plans qu’il lui avait réservé, mais je préférais qu’ils soient loin un de l’autre pour le moment. Je me mordais les lèvres, immobile, attendant une réaction qui ne serait pas en ma faveur. Il relevait la tête et je vis immédiatement la colère le traverser, me faisant reculer d’un pas et perdre toute assurance qui avait osé se montrer sur mon visage.

Il se relevait, mais ne quittait pas une seule seconde mon regard marron, me faisant glousser sous la peur qui me traversait la nuque. Quand sa voix se fit entendre je n’osais pas lui répondre. Je voulais parler, mais j’ignorais ce qu’il voulait dire, je ne savais pas s’il était en colère pour Alyssa ou pas. Je n’allais quand même pas cracher le plus gros morceau. La seconde fois qu’il parlait j’eu un hoquet de surprise et mon visage se tordait de frayeur. J’avais compris, je savais maintenant que mon frère était au courant, qu’il savait que j’étais l’unique coupable qui lui avait arrachée l’amour de sa vie. Sans que je ne puisse me déplacer sa main bouillonnante vint se mettre sur ma gorge et me propulsait vers l’arrière, me jetant en plein couloir. Je voulu m’agripper à tout autour de moi, mais je ne trouvais aucun appuie et en tentant de me sauver à toute vitesse je l’entendis prononcer ces quelques mots d’un latin exemplaire.

«Non!  »

Criais-je juste avant de sentir mon corps plonger d’un étage. Je sentis mes os se briser au contact de la céramique de l’entrée, me laissant sans voix, muni uniquement d’un souffle court et d’une surprise désagréable. Avant que je ne puisse bouger je me sentais relever de force et je ne pu me plaindre que je sentais mon dos contre le mur. Un nouveau craquement se fit entendre et je sentais que mon corps lâcherait avant la fin de cette dispute. Mon cœur battait la chamade sous la peur que je ressentais. Je l’entendais parler, ma gorge se faisant de plus en plus douloureuse, je sentis des larmes couler sous la peur qui m’habitait. J’étais confuse,  comprenant doucement que mon frère avait gagné en puissance en très peu de temps, au point que je ne valais plus rien contre lui. Sa force m’était inconnu jusqu’à aujourd’hui, pas à ce point là, j’avais toujours pu me défendre à un certain niveau et pourtant cette fois ci je sentais déjà mon corps tomber de douleur. Je le dévisageais, assimilant qu’il avait usé de magie, qu’il était lié avec la sorcière à un niveau inattendu. J’aurais dû m’y attendre de Samuel, qu’il recherche ainsi à acquérir des forces nouvelles, mais cela restait pour le moins surprenant. Elle avait donc été assez conne pour l’aimer et lui donner sa magie?

«Le maitre… »

Marmonnais-je entre mes dents en tentant de défaire sa poigne sur ma gorge de mes deux mains.

«Il a dit qu’elle était…dangereuse…Que tu devais la perdre…car tu n’étais pas…fidèle…»

Je n’arrivais pas à dire plus de mot, mon air était si courte, il était déjà impressionnant que j’aie réussis à parler. Je lui disais une vérité voilée, car même si le maître m’avait offert une force temporaire le temps d’un charme, j’avais désirée lui enlever sa douce de ma propre volonté. Ce ne fut pas un ordre que je regretterais, ce que j’allais regretter serait sa vengeance, je sentais qu’il ne me laisserait pas repartir de bonne foi. Pas cette fois ci, plus jamais, puisque je venais de perdre le peu de confiance qu’il avait en moi.



code by bat'phanie

_________________
I focus on the pain
it's the only thing that's real. ▬ Everyone one i know goes away in the end. I will let you down, I will make you hurt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Messages : 123
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  Mer 4 Oct 2017 - 11:19


Family Meeting

Jenna, Alyssa & Samuel

La colère qui s’était infiltré en moi au moment ou ma jumelle avait ouvert la bouche m’avait surpris moi-même. Je n’aurais jamais pensé me mettre en colère aussi rapidement pour une action aussi cruelle. Je ne devrais pourtant pas être surpris de son comportement. Depuis toujours elle voulait que je reste son jumeau parfait. Elle avait toujours jalousement protégé notre lien mais depuis notre retour des enfers, notre relation s’effilochait comme du papier recyclable oublier sous la pluie. Je ne ressentais pas le besoin de rester auprès d’elle comme avant. Je voulais qu’elle agisse comme une sœur aurait du le faire mais elle ne le faisait jamais. Encore une fois elle avait usé d’un charme pour m’arracher la seule chose auquel je tenais réellement plus que ma propre survie pour espérer que je revienne vers elle en rampant. Cela n’arriverait pas mais surtout ne se produirait jamais. Il y avait été un temps où elle était tout pour moi, mon seul crochet pour survivre dans une réalité qui me rendait un peu plus fou chaque jour. Elle avait été mon poumon, mon soutient mais surtout mon attachement à une vie auquel je ne tenais plus. Elle avait tout fait pour que je sois heureux, allant même jusqu’à m’offrir son corps pour que je puisse satisfaire à mes pulsions sauvages. Pourtant aujourd’hui, lorsque je posais mon regard sur elle, je n’y voyais que la haine, le dégout et la rancune. Elle avait raison de m’en vouloir, mais pourquoi continuait-elle alors à tenter de me conserver pour elle-même si elle ne voulait plus de la relation que nous avions eu auparavant ? Je ne le comprendrais jamais et j’allais devoir lui faire passer le message une fois pour toute pour qu’elle réalise enfin que ma vie ne tournait pas autour d’elle mais qu’à présent je désirais une autre personne et que je ne pourrais survivre sans elle à mes côtés. Quoi que Jenna ne pourrait jamais comprendre réellement tant qu’elle ne pourrait vivre ce genre de sentiments aussi. Aussi bien abandonner l’idée tout de suite, elle n’arriverait pas à faire suffisamment confiance à un être humain pour y ressentir un certain attachement. Ce furent ses paroles qui m’avaient alors ramener à la réalité et alors mon corps avait ressenti ce besoin violent de lui faire du mal.

J’avais pu percevoir la peur transpercer son corps alors qu’elle comprenait que j’étais au courant pour le charme qu’elle avait utilisé sur Jessyka. Je la saisi avec force pour ensuite la lancer sans douceur dans le couloir. Je ne comptais pas la laisser s’accrocher à la vie aussi facilement et donc je me permis de tirer un peu de force du corps de Jessyka pour jeter un sors de vie au garde-corps, les faisant bouger de manière à ce que ma jumelle se retrouve jeter dans le vide. Sa voix se fit entendre au moment ou elle tombait, comme si elle était surprise du latin que je venais tout juste d’utiliser. Elle allait devoir réaliser que je trouvais à être plus fort qu’elle ne le serait jamais. Je l’avais ensuite rejoint au bas des escaliers sans même lui laisser la chance de se remettre des évènements et avec la même violence qui avait toujours fait parti de moi je la relever avec rapidité pour la coller au mur brusquement. J’avais presque pu sentir les craquements de ses os contre mes doigts alors que je l’entendais chercher l’oxygène malgré la force que je mettais contre sa gorge. Je sentais qu’elle tentait de se libérer et dans ma colère je me contentais d’augmenter la force avec laquelle je la maintenais déjà. Au bout de quelques instants de silence, elle réussit à souffler des paroles. Me mentionnant le diable comme excuse. Je fronçai les sourcils rapidement, relâchant très légèrement la pression pour lui permettre de respirer et de réussir à terminer son excuse bidon. Sa voix se fit donc de nouveau entendre. Je savais parfaitement que le démon père avait offert une force temporaire à ma sœur, j’avais pu le lire en elle avec une facilité déconcertante, mais je savais une chose qu’elle croyait pouvoir me cacher. Un rire sadique et mauvais se fit entendre, résonnant dans la pièce de manière sinistre. Elle pensait réellement pouvoir me mentir aussi aisément sans que je ne le réalise ? Ma voix s’éleva alors, presque sorti d’outre-tombe.

« Tu me voudrais fidèle à toi avoue-le … »

Mon regard demeurait aussi noir que l’abysse alors que je plongeais mes yeux dans les siens. Je pouvais sentir qu’elle voulait encore de moi malgré tout ce que je lui avais fais subir. Elle souhaitait retrouver une relation frère/sœur normale comme si jamais nous avions eu de relation incestueuse l’un envers l’autre. Elle voulait oublier le plaisir, les gémissements, les cris de plaisir et les soupir de désir, elle voulait reprendre une vie normale comme un frère et une sœur l’aurait fait mais jamais on ne pourrait revenir à ce point et je suis certain qu’au fond d’elle-même elle savait parfaitement qu’elle avait commis une erreur en me privant de Jessyka. Je n’avais plus aucune raison de continuer ma vie sur cette foutu planète maintenant que j’avais perdu la chaleur de son corps et que je ne pouvais plus percevoir les battements de son cœur. Jenna allait me le payer. J’ouvris alors les lèvres de nouveau, mais mes paroles n’étaient plus qu’un murmure.

« Je ne le serai plus jamais … car ce que tu m’as enlever m’a privé de tout ce qui restait de bon en moi … »

Ce fut à ce moment précis qu’une dague parfaitement aiguisée sorti de la manche de ma main libre. Sans douceur je lui enfonçai dans le ventre et je fis tourner la lame. Je voulais qu’elle ressente la même douleur qui m’avait traverser lorsque j’avais compris l’avoir perdu. Je finirais peut-être par la tuer, mais pour le moment je n’en avais plus rien à faire. Elle devait souffrir.



_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Démon
Messages : 177
Date d'inscription : 25/03/2017

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  Jeu 5 Oct 2017 - 16:40


Revelation; the game
Jenna&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

Alors qu’il me tenait par la gorge après mon terrible vol plané, je tentais de reprendre de l’air, il usait d’une violence que je n’avais pas vue depuis bien longtemps. Nous en venions souvent à la violence depuis notre renaissance, il était fréquent que un comme l’autre démarre les festivités et que des coups se laissent aller. Je n’étais pas étrangère à sa rage, loin de là, mais j’étais devenu étrangère à cette violence meurtrière qui s’éprenait de son être. Peut-être m’étais-je cru invincible trop longtemps? Dans la mort vous ne craignez plus le pire, vous vous dites que quoi qu’il advienne vous risquez simplement de retourner vers un tour en enfer ou encore mieux que vous serez anéantie pour en finir avec ce monde. Je ne craignais pas la mort, jamais, sauf quand c’était lui qui se prenait de folie. Appelez cela un traumatisme, mais je ne m’étais jamais remise du soir fatidique qui avait emporté ma vie de mortelle, cette douleur faisait encore partie de mes cauchemars. Comme la dernière fois j’en venais à chercher mon oxygène, comme si j’avais la moindre chance qu’il me relâche et que soudainement ma vie soit mienne. Un combat inutile, perdu à l’avance, surtout maintenant qu’il avait cette nouvelle force. Je tentais tant bien que mal de lui expliquer les raisons qui m’avaient poussés à lui arracher sa sorcière, blâmant le diable, alors que nous savions tous les deux que je n’avais pas sourcillée une seule seconde. Ne vous détrompez pas, j’adorais mon frère plus que je ne le devrais, mais je ne flanchais pas sur mes pensées les plus primaires. Il devait payer, ne serait-ce qu’un minimum, pour tout le mal qu’il avait fait. Il continuait, il n’avait jamais arrêté, encore aujourd’hui il tuait sans aucun remord. Il aurait beau me raconter les conneries qu’il voudrait sur ce fait, je savais qu’il ne mériterait sa rédemption qu’une fois qu’il aurait enfin compris que ce qu’il faisait était mal. Il agissait sur des coups de tête, impulsif, il continuait sa route bonheur ou pas en tuant des innocents. J’étais une démone aussi, je pouvais comprendre un tant soit peu pourquoi il le faisait, mais dans son cas c’était différent. Samuel avait tué de son vivant, il tuait de sa mort, il s’enfonçait deux pieds en enfer sans possibilité d’en sortir. Je l’avais suivit pour qu’il s’en sorte, pour qu’il trouve la paix, il s’arrangeait clairement pour ne pas la trouver. C’est pour cela que je lui avais enlevé sa sorcière, parce qu’il n’y avait pas droit, parce que le bonheur était pour lui un prix à payer.

Sa voix se fit tranchante, sa colère était perceptible à chaque mot qu’il prononçait, me laissant immobile sous la peur qui se prit de moi. Ce qu’il me demandait d’avouer n’était pas tout à fait véridique et pourtant une certaine réalité existait derrière ces mots. Je voulais répondre, dire ce qu’il voulait entendre, mais je ne lui fis pas ce plaisir. Mes lèvres étaient scellées, ma gorge prise sous sa main et mon oxygène se faisant court. Je fermais simplement les yeux, comme s’il aurait disparu, comme si ce geste m’aurait épargnée ce qui venait à suivre. Il murmurait, brisant ce doux silence, me laissant sans aucune réponse. Il était donc assez con pour se lier avec la sorcière lui aussi? Dans quelle famille d’obsédé étais-je donc née? Étais-je réellement la seule personne assez forte pour vivre par elle-même sans nécessité l’aide de personne? Non, me dis-je, mon frère n’avait jamais rien eu de bon en lui. Pas de dépendance, pas d’amour, qu’un cœur de pierre dissimulé sous son regard angélique. Il devait avoir gouté à son âme, pure et innocente qu’elle devait être, cela devait uniquement lui avoir brouillé le cerveau de façon temporaire. Je ne pu répondre puisque alors que désirais faire valoir mon opinion une vive douleur vint de placer dans mes tripes me faisant lâché un crie d’effroi. Il tournait la lame, chaque mouvement n’était qu’une douleur que je ne pouvais supporter, mes os étaient déjà en miette que voulait-il de plus? Je fini par arrêter de faire valoir mes cries dans l’écho du manoir, à bout d’oxygène, il ne restait que la douleur logée dans mon abdomen. Je tentais de reprendre de l’air, mais mon cœur sautait des battements, rendant ce combat quasi impossible.

«Je voulais juste mon frère… »

Soufflais-je entre mes dents d’un murmure douloureux. Pour la première fois depuis longtemps je sentais des larmes couler sur mes joues, je n’avais pas ressentie ce sentiment depuis très longtemps, une certaine peur pour ma survie vint à naître dans mon esprit. Il allait me tuer, me dis-je, alors que je venais enfin de le débarrasser de notre sœur. Contre toute attente, même les miennes, un sourire de satisfaction vint soudainement naître sur mon visage. C’était tordue, visiblement de l’hystérie, mais je ne pu m’empêcher de croiser le regard de mon jumeau en sachant ce qu’il ignorait. Notre chère sœur était enceinte, je la laisserais dans cet état, qu’elle sorte de satisfaction allais-je vivre quand enfin il se rendrait compte de cette situation. Je me languissais de le voir se torturer quelque peu, une douleur naissant en lui, car nous savions tous les deux ce que cela allait signifier. Combien de conneries sa sorcière pourrait endurer?

«Tue moi si ça te chante, mais tu seras misérable sans moi, tu auras toujours besoin de moi. Ta vie ne sera que solitude, car qui d'autre que moi pourrait t'aimer?»

Ce sourire vint à mourir alors que mon visage se tordait de nouveau sous la douleur de la lame. Avoir réussis à parler était déjà un exploit sous le manque d’air. Mon cœur sautait de plus en plus des battements, me laissant voltiger d’un étourdissement de plus en plus prononcé.




code by bat'phanie

_________________
I focus on the pain
it's the only thing that's real. ▬ Everyone one i know goes away in the end. I will let you down, I will make you hurt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
❝ Contenu sponsorisé ❞

MessageSujet: Re: family meeting : revelation - Rosenwald  

Revenir en haut Aller en bas
 
family meeting : revelation - Rosenwald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Paris, 1er mai, des militants du PS agressent des familles revenant du meeting de Marine Le Pen
» Meeting Tuning
» Grand meeting aérien à Châteauroux-Déols le 17 mai
» MEETING TUNING INTERNATIONAL à BRAGA 2012 au PORTUGAL
» base aérienne 702 - AVORD - Meeting du centenaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. :: HS ~ Un autre monde pour nos persos :: Flash Back-
Sauter vers: