AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


.
 

Partagez | 
 

 He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jessyka A. Danvers
Sorcier
Messages : 133
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Lun 4 Sep 2017 - 16:52


He's always been there for me when i needed him
Jessyka&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

J’avais presque oubliée ce qu’était une vie normale. Je ne reconnaissais plus cette adolescente dans le miroir, son habit de rouge et blanc, sa queue de cheval. Cette fille là n’avait pas une étiquette de péremption sur sa tête, elle ne risquait pas d’être envoyée contre son gré diable sait où pour marier un homme qu’elle n’aimait pas ni n’aimerait jamais. Non, celle que je voyais dans le miroir avait toute sa vie devant elle, ses amis, sa famille à ses côtés et elle n’était pas abandonnée la seconde où tout devenait compliqué. J’inspirais doucement cette petite rage qui était née dans mon être. J’avais été impulsive, stupide, innocente ces derniers temps. J’avais tout fais pour me sentir vivante, peu importe ce que ma réputation deviendrait, peu importe ce que les gens murmuraient dans mon dos et autour de moi. J’avais changé le cours de mon destin, j’avais pris ma vie entre mes mains et j’avais décidée de me battre quoi qu’il advienne. Dans ma liberté j’avais invoquée un démon, je lui avais offert mon âme en entier, prête à n’importe quoi pour saisir cette liberté de mes propres mains. C’est alors que j’avais sentie ma vie glisser de ma portée, je m’étais enfermée dans une cage dorée avec le diable à l’intérieur, la clé m’était disponible et je ne la touchais même pas. Il m’avait sauvé la vie, sans arrière pensée, alors j’en avais fait de même. Ces heures restaient encrés en moi tel des graffitis sur les murs de ma vie, incapable de les enlever, les admirant encore plus puisqu’ils étaient illégaux.

J’expirais avant de prendre ma veste et sortir de ma chambre. En passant près de la chambre d’invitée j’eu un regard perdu dans celle-ci. Deux semaine déjà que nous avions été ici, deux semaines que je m’étais sentie changée, pourtant je ne l’avais revu depuis que j’étais sortie avec ma grand-mère. Je n’aurais pas voulu de toute façon, j’avais une vie qui m’appartenait et je n’avais pas signée pour du long terme à être constamment à ses côtés. Je n’aurais pas résisté, me dis-je, c’était mieux ainsi car je l’aurais laissé gagner. Ma grand-mère avait voulu m’arracher les yeux du visage, elle avait voulu me tuer, me disséquer et donner mon corps à la science. Elle était encore en colère même après deux semaines, elle ne s’en remettrait jamais et elle emporterait sa rage dans sa tombe. Elle m’avait fait chercher chaque livre, chaque grimoire, chaque parchemin que nous avions sur les liens démoniaques. Elle voulait que je reprenne mon âme, que je cesse ce contrat, mais quand elle réalisait mes conditions son cœur s’arrêtait presque net. Jusqu’à la mort, j’avais dis, jusqu’à ce que ma vengeance soit enfin réelle. Rien au monde ne pouvait détruire ce contrat, aucune magie n’était assez puissante même celle de ma grand-mère, j’étais condamnée selon elle. Elle s’écriait que je ne réussirais jamais, qu’Arioch vivrait bien après ma mort et que Samuel me torturait dans l’éternité. J’étais un cas perdu si on l’écoutait, elle souhaitait juste m’envoyer le plus vite possible à ce mariage pour que je devienne le problème d’un autre couvent. Elle osait me dire que je n’avais besoin que de mettre un seul enfant au monde, puis ils pourraient me tuer, je n’avais plus d’autre utilité. Je ne faisais que gâcher tout ce que je touchais, je ne faisais que tout détruire et la rage qui émanait de ma grand-mère ne prenait pas de fin. Elle était aussi bornée que moi, nous allions toutes les deux apporter cette dispute dans nos tombes respectives.

En arrivant à l’école je me rendais à la pratique et tout se passait bien. Je reprenais le rythme comme si les six derniers mois n’avaient pas existé, je ne laissais pas apparaître le malaise que j’eu en ne trouvant pas Selena parmi la foule, ses boucles blondes qui normalement auraient sautillés dans sa joie. Je suivais les mouvements habituels, fluide, je réussissais à ne penser qu’à cet entrainement. Ça faisait un bien fou d’être normale, de me sentir plus vivante qu’hier, mais il y avait constamment ce vide qui me surveillait et je n’arrivais pas à le combler. Je savais très bien comment en finir, comment me sentir entière, mais je me refusais ce sentiment. Je ne m’admettais pas ce qui se passait, refusant de l’appeler.

L’entraîneur nous renvoyait au vestiaire et je ne me fis pas attendre. Je me rendais aux douches et pris tout mon temps. Au début l’endroit était un véritable chaos de cacophonie, mais après un certain moment le silence s’installait et je n’entendais plus que l’eau de ma douche. Quand la chaleur s’estompa je fermais le robinet et enfilait ma serviette pour sortir. Je me rendais aux casiers quand je vis que mon sac de vêtement avait disparu. Je roulais des yeux en tenant ma serviette. Les filles avaient décidées de me faire une mauvaise blague. J’allais donc remettre mes vêtements d’entrainement, il n’était pas question que je cherche mon sac dans cette tenue d’Êve. Une fois habillée je sortais doucement du vestiaire pour entrer dans le gymnase et je plissais immédiatement les yeux en voyant mon sac bien au centre de celui-ci. Pas le temps de parler, les lumières en entière s’éteignirent, me faisant faire un sursaut soudain d’une peur passagère.

«HEY! Je suis encore là! »

M’écriais-je dans l’intention que le gardien m’entende et qu’il rallume les lumières. Pourtant je n’entendis que le silence qui m’étouffait.

«Il n’est  pas là cette fois ci. »

Cette voix me fit frissonner d’effroi. Je me souvenais d’où elle venait ou plutôt à qui elle appartenait. Pas le temps de réfléchir je me jetais de côté et j’eu parfaitement raison de le faire quand j’entendis l’énorme vacarme que le démon fit en se cognant au mur qui avait été devant moi une seconde auparavant.

«Os hostili facto! »

Criais-je avec rage pour entendre un craquement sombre. Un autre bruit sourd, le démon tombait au sol et se plaignait de sa douleur. Je lui avais cassé un os, il me fallait donc me relever et courir. Je l’avais vu agir, je n’avais pas la force de le battre, même avec tous les sortilèges du monde. Alors que j’appuyais mes paumes au sol pour me relever je sentie une main saisir mes cheveux et me relever violemment. Je ne pu empêcher le crie de douleur en étant soulevée au dessus du sol. Un des néons se mit à clignoter rapidement au dessus de nous, juste assez pour qu’en ouvrant les yeux je vois son regard d’ébène et alors je me savais foutu.

«Sam! »



code by bat'phanie

Os Hostili Facto/ casser un os ***
Résultat au dé: 6+5+2 = 13.

_________________
Promise me this is forever
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samuel J. Rosenwald
Démon
Messages : 105
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Lun 4 Sep 2017 - 18:16


He's always been there for me ...

Jessyka & Samuel

Dès que je fermais les yeux je la voyais. Lorsque je respirais, l’odeur de son parfum emplissait mes narines et mes poumons. Mon corps me criait de la rejoindre, de la prendre contre moi et de ne plus jamais la relâcher. Mon cerveau me demandait la même chose mais je ne pouvais pas le faire. Je savais parfaitement que la jeune femme avait été grandement sermonné pour m’avoir apporter moi dans le couvent familial. Je n’étais pas rester dans ce lit bien longtemps, malgré la douleur j’avais réussi à me transporter dans ma chambre au manoir ou j’avais pu me reposer comme je le devais. Tous mes rêves tournaient autour de son corps, je la voyais apparaitre et disparaitre alors que je tentais de la toucher. Chaque nuit était différente, chaque fois elle me disait qu’elle n’aurait pas du flancher à ma demande, elle me disait regretter notre pacte et elle finissait par me dire qu’elle me redonnait cette liberté qui devait être mienne. Je n’avais jamais la possibilité de l’empêcher de parler car dans mon sommeil, je me retrouvais paralyser par ses paroles. Je finissais par me réveillé en sueur et le cœur battant la chamade. Même ma jumelle avait commencé à trouver mon comportement étrange. Je passais le plus clair de mes journées debout devant les grandes fenêtres du manoir et j’observais l’extérieur comme si mon regard finirait par se poser sur son ombre qui s’approchait de l’endroit. Je savais bien que cela n’arriverait pas mais je gardais tout de même ce comportement pour être certain de ne pas aller la rejoindre.

Je ne pouvais pas simplement apparaitre à ses côtés comme cela. Je pouvais sentir qu’elle avait besoin de réfléchir et donc elle serait en colère si mon corps se matérialisait à ses côtés. Je ne savais pas pourquoi je ne cessais de penser à elle car en temps normal je me foutais pas mal de tout le monde. Notre pacte semblait bénéfique pour nous deux et cela même si nous étions lié depuis si peu de temps. Je pouvais sentir mes pouvoirs augmenter puisque je nettoyais son âme lentement. J’avais cependant l’impression que je ne faisais pas que nettoyer sa noirceur, comme si je lui prenais un peu de son humanité en même temps. Comme si notre lien avait le don de me rendre un peu de mon vivant et qu’il m’offrait la chance de connaitre autre chose que la colère et a haine. Ce matin, je n’avais pas pu rester au manoir. Je n’en pouvais plus, même si je savais qu’elle souhaitait avoir le temps de réfléchir je devais absolument pouvoir l’apercevoir, ne serait-ce qu’une seconde ou deux. Je me levai donc de mon lit pour enfiler un jean sombre, un chandail gris et ma veste de cuir habituel. Je me concentrai alors sur l’emplacement de la jeune femme et puis dans un cliquetis je disparu du manoir pour apparaitre tout près du couvent ou j’avais passé tout près de la mort deux semaines plus tôt. J’observais la demeure en silence, je savais qu’elle était là, je pouvais le sentir. Je n’avais qu’une seule envie à cet instant, je voulais grimper les marches quatre à quatre pour simplement pousser la porte et la saisir contre mon corps. Je voulais encore une fois gouter au sucré de ses lèvres. Mon cœur palpitait juste à y réfléchir. Mais alors mes pensées furent brusquement stoppé, la porte du couvent s’ouvrait enfin et mon regard azur pu se poser sur elle. Je pouvais la sentir préoccuper mais je réussis à demeurer à distance et au moment ou elle détournais les yeux vers l’endroit ou je me tenais, je disparu de nouveau, retournant au manoir.

Tout juste revenu chez moi, j’entendu toquer à la porte de ma chambre. J’ouvris la porte et je pu poser mon regard sur Jenna. Depuis mon retour au manoir après qu’elle est du transporter Jessyka et moi au couvent, elle était plus calme et plus douce. Je pouvais sentir qu’elle regrettait d’avoir agit sous le coup de l’émotion mais je n’arrivais pas encore à pardonner son geste. Elle avait passé tout près de me tuer et donc elle aurait beaucoup d’effort à faire avant que je lui fasse de nouveau confiance. Elle marmonna doucement que le repas était servi. Je la suivi donc en silence vers la cuisine. Elle ne cuisinait jamais mais elle semblait chercher un moyen de se racheter à mes yeux. Pour le moment nous n’entendions rien de plus que le bruit des ustensiles dans les assiettes. Je ne comptais pas parler pour le moment. Je demeurais concentrer sur les actions de la jeune femme qui se trouvait encore à l’école. Je ne savais d’ailleurs pas pourquoi ma jumelle n’était pas en cours. Au bout de quelques minutes, elle ouvrit les lèvres, me forçant à perdre ma connexion avec la jeune femme.

«  Tu devrais être tranquille bientôt  »

Je fronçai les sourcils.

«  De quoi tu parles ?  »
«  Jessyka t’appartiendra bientôt, j’ai fais ce qu’il faut  »

Je pu sentir la colère monter en moins alors que je cassais par accident le verre que je tenais en main. Elle devait absolument tout faire pour que je puisse compter que sur elle. Je me redressai brusquement, ma chaise vola dans le mur avec force.

«  Qu’as-tu fais encore salope ?  »

Elle n’eu cependant pas le temps de répondre car je me sentie appeler par Jessyka qui semblait en grande panique. Je foudroyai ma jumelle du regard avant de disparaitre de devant son regard surpris. J’apparu dans un gymnase presque entièrement dans le noir. Je pu deviner la présence de la jeune femme car je l’entendis pousser un cri de douleur. Sans réfléchir je fis paraitre une boule de feu ce qui éclaira les lieux. Je pu voir Yoan dans la lueur que je venais de créer. J’ouvris les lèvres.

«  Encore toi salop ! Aller vient me voir … on va régler sa une fois pour toute !  »

Il n’en fallu pas plus pour que le démon relâche sa proie et se dirige vers moi. Je lui lançai la boule de feu pour le forcer à ralentir et je me téléportai une nouvelle fois derrière le monstre. Une nouvelle boule de feu éclata dans son dos et soudain, sans réfléchir j’ouvris les lèvres.

« Ego iudicet vos ad aeterna doloris  »

Une boule de feu se créa autour du démon de bas étage puis il disparu non sans laisser entendre un violent hurlement de douleur. La luminosité du gymnase revint alors. Je chancelai légèrement car je n’avais jamais jeter un sors auparavant. Je passai une main dans ma chevelure puis je tournai les yeux vers Jessyka.


© Grey WIND.


Ego iudicet vos ad aeterna doloris = Je te condamne à la souffrance éternelle

_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessyka A. Danvers
Sorcier
Messages : 133
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Lun 4 Sep 2017 - 19:06


He's always been there for me when i needed him
Jessyka&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

L’eau sur ma peau, le savon qui me coulait aux pieds, je restais là à profiter de cette chaleur pendant beaucoup trop longtemps. Les bruits du vestiaire se turent doucement jusqu’à ce que je ne sois qu’entourée par le calme. Sous cette eau je tentais d’oublier ces dernières semaines, je tentais vraiment d’effacer les sentiments qui avaient prit naissance en moi aussi facilement que je pouvais frotter ma peau avec une barre de savon. C’était inutile de vous dire que cela ne me donnait absolument rien. Quoi que je tente le vide que je ressentais ne voulait pas partir, mon âme n’était plus complète et tant qu’il ne serait pas présent elle ne pourrait pas l’être. Des images défilaient devant mes yeux, ce moment précieux qui s’était gravé dans mon esprit, rejouant en boucle comme si quelqu’un avait oublié d’arrêter ce film. Ses lèvres contre les miennes, la façon dont j’avais été complètement misérable quand j’avais du quitter le lit, son cœur qui battait contre ma poitrine. La douceur de sa peau contre la mienne, la façon dont il m’avait saisit, je ne pouvais simplement pas oublier. Je respirais doucement en me rendant compte que l’eau devenait froide. Je fermais le robinet déterminée à laisser tout cela derrière moi dans le fond du drain de la douche, mais ce fut tout le contraire, je désirais uniquement l’appeler et profiter de lui ici et maintenant dans ce vestiaire. Mes pulsions furent pourtant retenu quand je tombais sur nul autre que Yoan.

J’étais au dessus du sol, tenu par les cheveux, j’avais tellement mal que je n’arrivais pas à me concentrer pour canaliser ma magie. En ouvrant les yeux je ne vis que son regard, sa haine, je compris que s’en était fini de ma personne si je n’agissais pas rapidement. Sans réfléchir je criais son nom. Un instinct de survie, un crie que je n’aurais pu retenir même si je l’avais désiré, c’était plus fort que ma propre personne. Quand mes lèvres eurent tracé son nom le démon devant moi fit une pause, juste une seconde, regardant inquiet autour de lui de véritablement le voir débarquer. Il prit confiance en voyant qu’il n’était pas là, riant un peu, soufflant son haleine putride dans mon visage.

«T’inquiète pas beauté, il te rejoindra bientôt, vous serez ensemble pour toujours et à tout jamais dans les abysses de l’enfer!»

Il crachait en parlant, resserrant sa prise, me faisant lâcher un autre crie de douleur. J’avais l’impression que mes cheveux me lâcherait et que je tomberais raide morte au sol et à cet instant de désespoir j’entendis sa voix. Le démon me relâchait presque immédiatement, m’écrasant lourdement au sol, je me tenais immédiatement la tête comme si ce geste aurait calmé la douleur. Je rampais de ma paume disponible contre la dalle de céramique, faisant glisser mon corps plus loin, m’éloignant du combat. Je voulais rejoindre mon sac, j’avais un livre à l’intérieur qui m’aiderait à le vaincre, un sortilège qui allait le renvoyer en enfer. Alors que ma main touchait le tissu j’entendis cette voix qui m’était familière lancer un sort qui me glaçait le dos. Un hurlement de douleur se fit entendre, puis le silence fut roi à nouveau. La lumière revint alors dans le gymnase et je m’appuyais de mes bras pour réussir à prendre une place assise sur le froid de la céramique qui gelait mes cuisses. Je détournais doucement la tête pour retomber sur son regard bleu cyan. Ce soulagement revint remplir mon corps, je me noyais de cette joie que je ressentais d’enfin le voir, j’avais encore cette impression que je n’avais plus besoin d’air tant qu’il était là pour m’en offrir. Mes lèvres étaient tremblante, je ne savais que trop dire, était-ce approprié de me jeter sur lui. Était-ce approprié de ne vouloir rien d’autre que le silence de peur que les mots ne viennent détruire ce que je ressentais, ce que je voulais ressentir, je me laissais tomber sur le dos. L’adrénaline venait de me quitter, me laissant sans force, couchée au sol à tenter de respirer.

«Tu en as mis du temps… »

Disais-je en me mordant la lèvre, les yeux contemplant les néons du gymnase, de ma voix sarcastique. C’était tout ce que j’avais trouvé à dire qui n’était pas terriblement typique d’une stupide romance d’adolescence. Si je m’étais laissée aller je lui aurais dit que je m’étais terriblement ennuyée, qu’il aurait du venir avant, qu’il aurait du rejoindre mes draps un millier de fois. Je rejouais encore et encore ces paroles qui voulaient prendre possession de ma bouche, mais je ne pouvais simplement pas les prononcer, pas sans me sentir coupable des sentiments que j’éprouvais.

«Merci…Mais évite de te blesser pour qu’on soit quitte cette fois. Ma grand-mère t’empoisonnera elle-même si on retente l’expérience. »



code by bat'phanie


_________________
Promise me this is forever
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samuel J. Rosenwald
Démon
Messages : 105
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Lun 4 Sep 2017 - 20:31


He's always been there for me ...

Jessyka & Samuel

Je n’arrivais pas à croire qu’elle avait remit cela. Elle n’avait visiblement pas compris qu’il y avait des conséquences à ses actes. Elle avait presque mit fin à mes jours mais la voilà qui tentait de nouveau de tué Jessyka. J’avais envie de la détruire, de la faire comprendre qu’elle ne serait jamais le centre de mon univers. Du moins elle ne le serait plus à présent. Il y avait effectivement été une époque où je ressentais pour elle quelque chose qui était semblable à ce que mon corps ressentait à présent pour la jeune sorcière. Je ne pouvais pas dire exactement ce qu’il y avait en moi à cet instant précis. Lorsque je prenais le temps d’y réfléchir je finissais toujours plus troubler qu’auparavant et donc je préférais tout simplement ignorer cette étrange sensation qui me faisait sentir vide à l’intérieur. J’avais la sensation qu’il me manquait quelque chose pour me sentir entier. Lorsque je regardais mon reflet dans une vitre ou un miroir, j’avais la sensation de ne pas être complet. C’était peut-être pour cette raison que ma jumelle tentait de faire disparaitre Jessyka. Elle la voyait comme une rivale importante pour mon attention. Je ne la comprendrais jamais réellement. Elle savait très bien que nos sentiments n’avaient pas lieu d’être vu la situation, jamais nous n’aurions du vivre ce que nous avions connu. Jamais je n’aurais du pouvoir la dévêtir pour profiter de son corps mais c’était malheureusement arrivé et je n’y pouvais rien de plus. Aujourd’hui cependant je me détachais d’elle et visiblement elle n’acceptait pas ce changement. Je n’eu cependant pas le temps de répliquer d’avantage car j’avais entendu sa voix … elle avait besoin de mon aide. Je ne pouvais pas attendre un instant de plus. Cette conservation se terminerait donc une autre fois.

Au moment ou fis mon apparition dans le gymnase. Je pu sentir sa présence alors que je ne la voyais pas. Immédiatement mon corps me cria de la saisir, de la prendre contre moi et de ne plus jamais la laisser partir. J’ignorai encore une fois ce sentiment pour attirer l’attention de Yoan. Il m’avait déjà été fidèle, normalement il était un excellent démon mais depuis qu’il m’avait avouer deux semaines plus tôt être la pour mettre à mort la jeune sorcière, je ne lui voyais plus aucune utilité. Il allait devoir regretter d’avoir accepté d’obéir aux ordres que lui avait donné ma pétasse de sœur. Le combat fut bref entre nous. J’avais cependant appris de mes erreurs, je ne comptais pas laisser me toucher cette fois-ci. Je ressentais la peur de la jeune femme comme si il s’agissait de la mienne. Je réfléchissais à tout allure et soudainement j’ouvris les lèvres. Un sors de magie noire en sortie comme si j’avais prévu lui lancer un sort mais je ne connaissais aucunement la magie. Je n’aurais jamais pu faire cela tout seul. Ce fut alors à ce moment que je me retournai pour regarder en direction de la jeune femme. Juste à croiser son regard je pu sentir mon cœur accélérer doucement dans ma poitrine. Je me sentais étrangement complet à cet instant même si j’aurais pu être plus près d’elle.

Sa voix se fit percevoir dans le gymnase, résonnant doucement entre les quatre murs. Je pu percevoir le sarcasme dans le ton de sa voix alors qu’elle se laissait glisser pour se retrouver coucher au sol. Je l’observais en silence. Peut-être ne ressentait-elle pas la même chose que ce que moi je pouvais sentir en moi. Peut-être que cette étrange sensation avait disparu de son côté et qu’elle recommencerait à agir avec moi comme elle l’avait fait à notre toute première rencontre. Je n’osais pas bouger pour le moment. Je préférais garder mes distances envers elle comme si ce choix allait me protéger. Je sentais déjà mon cerveau crier son désaccord. Je ne désirais à cet instant que la prendre dans mes bras pour lui démontrer à quel point j’étais heureux qu’elle soit encore là. Je me promis à l’intérieur de moi même de tout faire pour qu’elle demeure en vie le plus longtemps possible. Je ne pourrais survivre si elle venait à disparaitre de ma vue. Mon regard s’abaissa sur moi au moment ou la jeune femme me demanda d’essayer de ne plus me blesser car elle ne pensait pas que sa grand-mère accepterait de me sauver la vie une nouvelle fois. Je n’avais pas été blessé cette fois et je comptais bien faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais. Je posai une nouvelle fois mon regard azur sur elle.

« Reste près de moi pour que sa n’arrive jamais »

Je me mis en mouvement lentement pour m’approcher d’elle. Mon corps frétillait à chacun des pas que je faisais en sa direction. Une fois près d’elle je me penchai pour la saisir par les hanches et je la forçai à se remettre debout. Son corps était appuyé à la fois sur le mur de briques du local et contre moi. Je gardais une main sur ses hanches, comme si j’avais peur de la voir disparaitre. Mon autre main remonta doucement vers son visage sur lequel je me permis une douce caresse. Je plongeai alors mon regard dans le sien.

« Tu m’as manqué … »

Je du me faire souffrance pour ne pas l'embrasser.


© Grey WIND.

_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessyka A. Danvers
Sorcier
Messages : 133
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Lun 4 Sep 2017 - 22:00


He's always been there for me when i needed him
Jessyka&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

Quand le calme revint au gymnase et que mon cœur battait encore de la peur que j’avais ressentis, ce fut sa voix qui me transportait vers la réalité. Quand les lumières des néons se rallumèrent et que nos yeux se croisaient je ressentais enfin ce soulagement que j’attendais tellement. J’étais complète, ici et maintenant, je me sentais entière parce qu’il plongeait enfin son regard dans le mien. Je soupirais d’une très légère expiration, ne voulant plus abandonner ses yeux, priant qu’il s’approche si près que notre peau se frôlerait. Je ne pouvais m’empêcher de ressentir des pulsions en sa présence, des envies que je n’aurais pas du désirer, je voulais juste qu’il soit là à tout jamais et dans l’éternité. Je n’avais pas eu peur quand Yoan m’avait promis que l’on se reverrait bientôt, non, je m’étais même dis qu’au moins je passerais cette éternité enlacer à lui. Ces deux semaines avaient été interminablement longue. Comment avais-je pu résister si longtemps? En le voyant maintenant devant moi je réalisais qu’il m’avait manqué au point tel que je ne pouvais que penser à lui. Ces deux semaines je les avaient passées à me faire remettre à ma place par ma grand-mère, mais à chaque fois que je tournais un corridor dans le couvent j’espérais l’apercevoir. Je n’étais pas prête d’abandonner ce sentiment qui m’avait traversé la nuque, ce sentiment que j’avais eu quand nos lèvres s’étaient accrochées ensemble. Je ne pouvais que me dire que j'étais née trop tard, trente années trop tard, car même si j’avais été présente pour lui pendant des heures il avait eu besoin de moi une vie auparavant. Était-ce criminel de ressentir tout cela? Était-ce interdit de me dire que j’aurais été présente là ou tout les autres ne l’avaient été? Était-ce permis de me dire que je ne l’aurais pas abandonné, moi, qu’il aurait pu compter sur moi dans ses moments les plus sombres?

Je me laissais alors tomber au sol, surmener par ce sentiment qui m’étouffait, incapable de respirer tendis que l’adrénaline me quittait. Je me remarquais relativement calme malgré cette attaque. Trop calme, à en croire que sa simple présence suffisait pour calmer mes peurs, sa simple voix suffisait pour me sauver de la noirceur qui voulait me bouffer entière. Deux semaines, me dis-je, est-ce que c’était suffisant pour qu’il ait avalé la noirceur qui s’éprenait de moi? Il me sauvait en plus de façon qu’il ne puisse l’imaginer, au point tel que sur le froid de la céramique je me sentais revivre, les sensations d’inconforts n’avaient plus lieu si enfin sa voix pouvait résonner à nouveau.

Je tentais le sarcasme habituel, celui qui avait tout démarré, mais quelque chose était différent. Il ne répliquait pas, me laissant perplexe, je m’attendais vraiment à l’entendre rire. Ce ne fut que le silence jusqu’à ce que sa voix résonne entre les quatre murs qui nous entouraient. J’en eu le souffle coupé, impossible de répondre, j’étais amplement surprise. Je tournais légèrement ma tête pour le voir s’avancer et chaque pas qu’il prenait me faisait frissonner un peu plus. Mon souffle devenait court, mon cœur battait la chamade, chaque centimètre qui se raccourcissait me semblait une éternité de souffrance. Quand il fut enfin contre moi je sentis ses mains me saisir les hanches et il me relevait avec une délicatesse et une force incroyable. Je ne le combattais pas, je n’aurais pu m’y résoudre, j’enlaçais aussitôt sa nuque perdant ainsi ce combat que j’avais tentée de mener.

«Tu es enfin là …S’il te plait, ne faisons plus jamais ça …Samuel»

Ma voix était plus douce, plus faible, mes yeux plongés dans les siens alors que sa main caressait mon visage d’une douceur qui me laissait sans mot. Je ne pu retenir mon envie et j’accrochais ses lèvres aux miennes sans lui demander la permission. J’oubliais de respirer, caressant sa nuque, pressant mon corps contre le sien. Mes jambes étaient frêle et tremblait de l’intensité qui nous entourait. Je ne pouvais pourtant me résoudre à respirer, non, je ne pouvais me résoudre à me séparer de lui. Je me laissais consumer par mes pulsions, par mes envies les plus sombres, comme si le monde s’arrêtait enfin pour cinq petites minutes. Je grimpais presque sur lui, montant mon genou jusqu’à ses fesses, le forçant ainsi à être tout près de moi. C’était là où nous devions être pour l’éternité, c’était là où j’étais prête à mourir si cela signifiait ne jamais quitter cette étreinte. Je du pourtant me résoudre à cesser ce baiser pour reprendre de l’air, à bout de souffle, j’inspirais l’odeur de sa peau à grande bouchée.

«Aimes moi…»

Soufflais-je entre deux inspirations. Je le suppliais, mes yeux détaillants chaque parcelle de son être, incapable de résister plus longtemps à l’appel de cette passion, enivré par son corps.



code by bat'phanie

_________________
Promise me this is forever
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samuel J. Rosenwald
Démon
Messages : 105
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Mar 5 Sep 2017 - 9:07


He's always been there for me ...

Jessyka & Samuel

Notre lien original n’aurait jamais été extraordinaire si elle avait décidée qu’elle faisait appel à un autre démon. Peut-être même que je ne l’aurais jamais croisé si elle n’avait pas entendu parler de moi par Alyssa. Peut-être aurait-elle pu être heureuse de manière normale si nos vies n’avaient pas été sellées à jamais de par sa faute. Je ne savais pas ce que le futur nous réservaient, je savais simplement que sa présence me faisait un bien que je n’avais jamais connu auparavant. Bien sur elle n’était pas la première qui se disait pouvoir me changer et me faire redevenir un peu plus humain, mais elle était la seule qui semblait arriver à me faire ressentir tout ce qui bouillonnait en moi à cet instant bien précis. Je n’arrivait pas à imaginer actuellement ce que j’aurai pu faire si elle avait été blesser par ce démon. Et si je n’avais pu la sauver ? Et si j’étais arrivé trop tard et que cœur aurait eu cesser de battre ? Comment aurais-je pu tolérer une éternité sans sa présence, sans son sourire moqueur, sans son parfum si enivrant. Je n’aurais jamais réussi à survivre, j’aurais fini par offrir ma vie entière à ma sœur jumelle simplement pour pouvoir la rejoindre. Je voulais plus que simplement poser mon regard sur son corps, je voulais voir chacune d’elles sans pour autant en oublier une seule. Je voulais laisser mes mains glisser sur sa peau doucement parfumée et lui dire à quel point elle m’avait manqué. Pourtant, à cet instant précis, je me tenais là, loin d’elle alors que la luminosité du gymnase revenait enfin à la normale.

J’avais enfin pu poser la mon regard sur elle et immédiatement je sentie mon anxiété disparaitre, elle était enfin là, je pouvais plonger mes yeux dans les siens, je pouvais sentir l’odeur de son parfum. Mille fois j’avais eu envie de la rejoindre dans les deux dernières semaines, à de nombreuses reprises j’avais eu envie de simplement la prendre contre moi et pouvoir sentir son cœur battre contre le mien. Il m’était arrivé une ou deux fois de pénétrer le couvent pour ne rien faire d’autre que la regarder dormir. Elle se trouvait là, devant moi, j’aurais pu simplement la rejoindre pour enfin satisfaire ce manque qui brulait en moi mais je préférais retourner au manoir. Je me faisais des idées, il était impossible qu’elle ressente ce que j’éprouvais à cet instant. Elle n’avait posé ses lèvres sur les miennes simplement car je lui avait demandé de le faire. Je souffrais de son absence auprès de mon corps, je sentais mon âme pleurer son absence, je ne pouvais oublier son souffle contre le mien, sa main dans mes cheveux, je ne pouvais pas la laisser partir … Je n’y survivrais pas.

Sa voix avait alors ramené mon corps au présent. Me sortant de mes effroyables pensées. Elle avait usé de sarcasme mais je n’avais pas pris le temps de lui répondre. Je me sentais incapable de la contredire à cet instant précis. J’aurais pu arrivé plus rapidement oui, j’aurais du sentir son sentiment de danger au tout début, avant de Yoan ne puisse la saisir une nouvelle fois. Je ne l’avais pas fait et par ma faute elle aurait pu être mortellement blessé. J’aurais alors du passé toute l’éternité en solitaire, mon corps ne l’aurait jamais tolérer. À cet instant bien précis, je ressentais le besoin de pouvoir sentir son corps contre le mien. C’était d’ailleurs pour cette simple raison que j’avais commencé à avancer vers son corps. Elle était encore couchée au sol à cet instant précis et elle semblait vouloir la même chose que moi. Mon corps hurlait de la rejoindre pour pouvoir sentir sa peau sous mes doigts. Je pu d’ailleurs ressentir un frisson me traverser au moment ou je saisi ses hanches pour la remettre debout. À l’instant précis ou ses pieds touchèrent le sol, je pu sentir ses mains venir caresser ma nuque, me faisant fermer les yeux une seconde. Ce fut sa voix qui me fit ouvrir les yeux. Elle semblait contente que je sois enfin auprès d’elle. Elle me demandait même de ne plus jamais faire cela. Comme si elle me demandait de la forcer si jamais elle décidait de ne plus jamais poser son regard sur moi. Le ton de sa voix était douce presque faible.

Je n’eu pas le temps de réagir que je pu sentir ses lèvres venir toucher les miennes. Sans plus réfléchir, je l’entourai doucement de mes bras, la collant un peu plus à moi, sentant la chaleur de son corps, la douceur de sa chevelure, son parfum mais surtout, je pouvais sentir son cœur battre contre moi. L’une de ses jambes glissais contre mon jean, je frissonnai sous ce contact. Je glissai mes mains jusqu’à ses fesses pour la soulever du sol. Je me permis d’avancer un peu mon bassin contre le sien pour être certain qu’elle ne glisse pas. Elle n’avait qu’à se tenir contre mes hanches. Ce fut à ce moment que la jeune sorcière brisa le baiser que nous partagions, je plongeai donc une nouvelle fois mon regard dans le sien. Sa voix se fit entendre une nouvelle fois, elle avait le souffle court d’avoir trop attendu pour reprendre son souffle. Les paroles qu’elle prononcèrent ne firent faire qu’un tour au sang dans mes veines, mon cœur accéléra brusquement dans ma poitrine et je pu sentir mon cerveau frétiller à cette demande. Je caressai alors sa joue doucement une nouvelle fois. Je ne pouvais pas simplement lui dire que je l’aimais déjà, elle ne me croirait pas de toute manière, j’étais Samuel Jay Rosenwald, un monstre incapable d’aimer quelqu’un. Je brisai notre contact visuel avant de souffler une réponse.

« Je ne sais pas comment … »

Je relevai ensuite les yeux pour les plonger une nouvelle fois dans son regard, je pouvais presque voir son âme briller dans son regard. Il était hors de question que l’on reste en ce lieu pour continuer à profiter l’un de l’autre. Je me concentrai sur les lieux environnant pour trouver un endroit ou je pouvais nous transporter. Je fini par trouver un endroit puis dans un cliquetis je nous transportai vers l’infirmerie. Il y avait plusieurs pièces avec des lits, nous y serions plus confortable que contre le mur d’un gymnase puant. Elle était encore appuyer contre le mur cependant, je la regardais en silence puis, avec une tendresse qui m’était jusque là inconnu, je vins de nouveau lui voler un baiser.


© Grey WIND.

_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessyka A. Danvers
Sorcier
Messages : 133
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Mar 5 Sep 2017 - 10:20


He's always been there for me when i needed him
Jessyka&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

Alors que mon cœur battait la chamade il venait déposer ses mains sur mes hanches pour me remettre sur pied. Je m’accrochais aussitôt à lui, refusant de le laisser partir, craignant que la prochaine fois que notre contact serait brisé il parte à tout jamais de ma vie. Je ne pouvais expliquer ce sentiment, cette impression, cette désillusion, mais étrangement je voulais me battre contre un millier de démon s’il pouvait apparaître près de moi à chaque fois. Mes yeux brillaient en le regardant tellement je débordais de joie, tellement j’étais comblée que notre peau soit de nouveau en contacte, tellement je ne pouvais plus me passer de l’odeur de sa peau contre la mienne. Une phrase tournait dans ma tête, la voix de ma grand-mère étant la messagère, pourquoi lui parmi tous les autres… Si cela n’aurait été d’Alyssa j’aurais suivit mon plan originel, j’aurais invoqué le premier démon qui aurait passé par là, je me serais liée à une crapule. Ma vie aurait été si différente, cette sensation nouvelle n’aurait jamais existé, mais je n’aurais jamais réellement vécu avant que ce sentiment ne me traverse le corps. Je serais morte vide, il m’aurait manqué un élément toute ma vie, il m’aurait manqué une moitié à mon existence entière. Lorsqu’il me soulevait enfin, lorsque ses mains vinrent toucher mon corps qui s’abandonnait alors que l’adrénaline me quittait, mon cœur se remit à battre à nouveau.

Je ne réfléchissais pas, je n’agissais que d’instinct, peu importe ce que cela allait me coûter. Je m’en foutais, tant et aussi longtemps que j’avais la permission de mordre à pleine dents dans le péché originel, tant que l’on m’offrait le goût en bouche de ce qui m’était interdit. Je l’embrassais enfin, après tout ce temps qui m’avait semblé une véritable torture, me donnant l’impression que la totalité de mon existence n’avait été créé que pour que nos lèvres soient verrouillées ensemble. Je ne voulais plus d’air dans mes poumons, j’avais cette impression que c’était désormais secondaire, l’oxygène ne me donnerait rien de plus que sa bouche ne pouvait m’offrir. Des frissons parcouraient mon corps en entier alors que je glissais une de mes jambes sur son corps, vacillant pour garder l’équilibre, afin de le pousser plus près de moi. Ses mains descendait doucement sur mon corps, provoquant une réaction immédiate de satisfaction en moi, la chair de poule me fit prisonnière tendis qu’il collait son bassin contre le mien. Je relâchais ma prise sur sa nuque pour m’agripper à ses hanches tendis que mon corps voulait s’effondrer, tremblant légèrement de toute cette passion qui me rendait ivre de lui, mais je dû reprendre mon souffle quand mon cœur fit un tour causé par le manque d’air.

C’est là que je parlais, disant des mots qui furent plus puissant que ma propre personne, des mots qui virent me terrifier de la réponse qu’il m’offrirait. J’étais pourtant suppliante, pour être sincère je me serais foutu qu’il me mente, je voulais uniquement l’entendre me dire qu’il le ferait ici et maintenant. Je reprenais mon souffle, à court de vie, mon regard plongé dans le sien. Mon cœur se débattait dans ma poitrine, il aurait sortie de lui-même s’il aurait pu, sûrement en me criant à quel point je n’étais qu’une stupide adolescente. Je venais de demander au diable de m’aimer. Quel idiot pourrait croire qu’il le ferait? Pourtant sa main vint caresser ma joue, me laissant esclave de sa réponse, ne voulant jamais que nos yeux ne se quittent. Il détournait pourtant le regard, me donnant un effet de recul, quoi que ce ne fût pas physique. Je n’étais simplement pas assez forte pour me séparée de lui, mon corps contre le sien, c’était tout ce que mon âme désirait le plus au monde. Quand il soufflait quelques mots je réalisais l’ampleur de ce que je venais de lui demander de m’offrir. Mes lèvres s’ouvraient une seconde, je voulais crier des milliers de mots, mais j’étais incapable de m’exécuter. Je ne fis que souffler une nouvelle fois, expirant cette nouvelle information, puis mon esprit ce fit vif alors que son regard revenait chercher le mien.

«Alors laisse-moi te faire vivre…»

Je fermais les yeux une seconde et nous voilà à l’infirmerie. Mon dos était encore coincé au mur et mon corps lui était disponible. Je ne pouvais le quitter des yeux, il me volait mon souffle, il me volait toutes mes résistances. Je ne pensais à rien d’autre qu’à ce moment, sa peau contre la mienne, rien d’autre n’avait d’importance. Il venait voler mes lèvres, me laissant sans mots, sans pensées. Je n’étais pas capable de penser à autre chose qu’à lui, qu’à nous, qu’au sentiment qui faisait battre mon cœur si rapidement. Je ne savais pas quoi dire, comment expliquer ce qui se produisait, puis le mot vint me frapper en plein visage. J’ouvrais mes yeux et décrochait mes lèvres dans le choc. Je l’aime. C’était évident, le cœur en chamade, l’impression d’être complètement vide quand il quittait mes yeux. Pourtant je savais ce qu’il était et je savais que ce sentiment que je ressentais ne serait jamais réciproque. Je laissais une larme coulée sur ma joue, sachant qu’il avait gagné, qu’il me détenait au creux de sa paume. Il ne ressentirait jamais ce que je ressens, me dis-je, mais moi j’allais le ressentir jusqu’à la fin de mes jours puisque j’en étais désormais certaine, il n’y aurait aucun autre homme après lui. Je ne serais jamais capable de lui dire, de lui nommer, non puisque mon esprit balayait un prénom que j’avais complètement oubliée. Alyssa, pensais-je, non jamais elle n’allait me pardonner. Pourtant, là maintenant, je ne pouvais pas plus m’en foutre de ce qu’elle pouvait pensée. Chaque seconde me mettait dans un combat agonisant entre ma fidélité envers elle et cette envie que j’avais de le posséder, de l’avoir rien que pour moi.

Je ne résistais pas une seconde de plus, reprenant notre baisé, le forçant à reculer pour l’assoir sur un lit et me retrouver assise sur lui. Bassin contre bassin, agenouillée et priant les cieux qu’on nous laisse finir l’éternité enlacer un contre l’autre. Je l’embrassais de toute cette passion qui m’envahissait, le visage écrasée contre le sien, reprenant ma prise contre sa nuque et passant doucement mes doigts dans ses cheveux.




code by bat'phanie

_________________
Promise me this is forever
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samuel J. Rosenwald
Démon
Messages : 105
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Mar 5 Sep 2017 - 14:10


He's always been there for me ...

Jessyka & Samuel

Chacune des secondes qui passaient sans que je ne puisse sentir sa chaleur contre la mienne me semblait une éternité. Depuis que la lumière du gymnase était revenue je ne faisais que la regarder en espérant pouvoir me contenir. Mon âme déchirer de son absence semblait guéri, comme si jamais elle n’avait souffert de notre séparation. Je me sentais enfin entier, plus rien ne me manquait pour le moment … sauf peut-être une chose. Je souhaitais sentir son corps sous mes caresses. Elle m’avait tellement manqué dans les deux semaines ou nous avions été loin l’un de l’autre. Je ne voulais plus jamais avoir à tolérer son absence. Je voulais pouvoir caresser son visage et poser mes lèvres sur les siennes à n’importe quel moment. Je voulais pouvoir profiter de son corps comme jamais je ne l’avais fais avec une autre femme. Je voulais qu’elle frémisse sous mes caresses, je voulais l’entendre gémir sous le plaisir que je lui apporterais mais surtout, je voulais cela avec elle et elle seule. Je tentais cependant de ne pas me faire d’illusion. Il était presque impossible pour moi d’être aimé. Je n’avais jamais réussi à le faire et je ne réussirais jamais. Ce que je ressentais en cet instant n’était probablement pas de l’amour. Je devais être ivre de mes nouveaux pouvoirs, c’était le plus logique.

Pourtant, lorsque mes mains se posèrent sur son corps, je sentis un frisson me traverser le corps. Dès que sa peau fut en contact avec la mienne je perdis immédiatement la carte sur ce que je croyais. Elle était enfin là, je l’avais contre moi et je ne comptais pas la relâcher d’aussi tôt. Nos lèvres entrèrent enfin en contact, elle semblait avoir besoin de cette présence elle aussi. Comme si mon contact lui permettait de retrouver le calme qu’elle aurait perdu en d’autre situation. Je sentais son corps, je sentais l’odeur si délectable de son parfum mais surtout je ressentais pour elle quelque chose que je n’aurais jamais cru possible pour moi. Je voulais la sentir le plus près de moi possible, ce fut d’ailleurs pour cette raison que lorsque Jess releva l’une de ses jambes pour se rapprocher de moi je fis en sorte de la faire quitté le sol. Je la tenais doucement contre moi, sentant ses jambes autour de mes hanches. J’aurais aimé la dévêtir entièrement, pouvoir sentir sa peau coller contre moi de la tête au pied, mais je ne pouvais faire cela. Je ne pouvais profiter d’elle comme je l’avais fais avec toutes les autres. Je ne m’en sentais pas capable. Je voulais qu’elle soit heureuse de me voir et profiter de son corps n’était pas la bonne chose à faire pour qu’elle continue à me faire confiance.

Sa voix fini par s’élevé doucement, elle me demandait de l’aimer, rien de moins. Malheureusement pour elle, je ne connaissais pas les rudiments de l’amour n’ayant jamais ressenti cela pour personne avant elle. Je ne pouvais pas lui offrir cette possibilité, du moins pas pour le moment. Car au fond je savais que je ne la méritais pas. Elle avait l’impression que j’étais important à son regard mais elle finirait bien par se rendre compte que je n’étais que le monstre dont tous le monde parlait. Elle finirait par demander à ce que je la laisse tranquille, elle allait demander à ce que je disparaisse car elle ne voulait plus de moi. Je ne savais pas encore quand mais je savais que cela viendrait à un moment ou à un autre. Personne n’arrivait à rester attacher à moi. Cela expliquait peut-être pourquoi j’avais commis tous les meurtres qui avaient fait ma popularité. Je pris quelques instant pour lui répondre, finissant par lui avouer tout simplement que je ne savais pas comment. Ce qui n’était pas totalement faux. Je pouvais ressentir ses sentiments, je pouvais les comprendre mais je n’arrivais pas à saisir comment les mettre en pratique. Nos lèvres se rencontrerent une nouvelle fois puis doucement, elle soupira des paroles. Elle voulait que je la laisse me faire vivre. Je ne demandais que cela.

Je transportai ensuite nos corps dans l’infirmerie ou je savais bien que nous serions beaucoup plus à notre aise que dans les gymnases. Je la caressais doucement, tentant au mieux de contenir les pulsions qui me traversait à cet instant précis. Jamais de toute ma vie vivante ou morte je n’avais ressenti un désir aussi fort pour une personne. Ce fut cependant un mouvement de la jeune femme qui me permit de revenir à la réalité alors qu’elle me repoussait doucement pour me forcer à la laisser marcher de nouveau. Je reculais donc sans poser la moindre question. Elle revint cependant chercher mes lèvres un peu avant que je sois obliger de m’assoir sur l’un des lits disponible. Jessyka ne se fit cette fois pas prier et elle vint s’assoir sur moi. Dans la même position que celle qui avait été la notre un peu avant que sa grand-mère ne vienne nous déranger au couvent. Mes mains glissèrent jusqu'à ses hanches en douceur. Je prolongeais ce baiser avec une passion qui me surprenait moi-même. Je resserrai doucement mon étreinte sur elle pour la coller un peu plus contre moi alors que je continuais a l’embrasser.

Je remontai alors doucement l’une de mes mains, caressant son corps avec douceur. Je n’osais pas encore lui retirer son uniforme, je ne voulais pas aller trop vite. Je voulais profiter du moment. Mes doigts continuèrent de glisser doucement sur elle jusqu'à aller caresser doucement sa nuque. Mon cœur accélérait dans ma poitrine, elle était là, assise sur moi avec comme seule pantalon une jupe d’uniforme, qui ne serait pas tenter ? Je fini par briser notre baiser pour plonger mon regard dans le sien. J’ouvris alors doucement les lèvres pour répondre à ce qu’elle m’avait dit un peu plus tôt.

« Je suis entièrement à toi … apprend moi ce que tu veux »

Je revins ensuite chercher ses lèvres. Je ne les avais quitté que quelques secondes mais déjà elle m’avait manqué.


© Grey WIND.

_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessyka A. Danvers
Sorcier
Messages : 133
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Mar 5 Sep 2017 - 15:51


He's always been there for me when i needed him
Jessyka&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

J’ouvrais mes yeux et nous avions changés de pièce, un sourire s’étirait sur mes lèvres, j’étais enfin avec quelqu’un qui comprendrait l’essence même de ma nature. J’étais une sorcière et personne d’autre qu’un sorcier ne pouvait comprendre ce que cela signifiait. Ma nature première revenait toujours, cette envie de canaliser ma force et la laisser s’éprendre de moi à chaque instant. Je m’entourais pourtant d’humains et j’étais incapable de l’utiliser près d’eux, rejetant ce que j’étais, cachant qui j’étais. Avec lui c’était différent, j’étais entière, confiante de lui dévoiler tout ce que j’étais. Je lui offrais les clés de ma vie avec un ruban dorée, ne craignant pas de ce qu’il ferait avec ceux-ci, me foutant qu’il les perd un jour tant qu’il les avait tenu dans sa main une seule seconde.

Je ne pouvais cesser de l’embrasser, mes lèvres contre les siennes, ma peau écrasée contre lui. Je ne me sentais pas complète tant que mon visage n’était pas accroché au sien et chaque fois que je devais reprendre mon souffle j’en souffrais un peu plus. Ses caresses contre mon corps me faisait frissonner de plus belle, il me faisait espérer que cet instant serait pour toujours, que jamais ses mains ne quitteraient mon corps. Je lui étais entièrement dévouée, sienne, je me laissais consumée de cette passion qui était tout ce que j’avais toujours désirée.

Au bout d’un instant pourtant je réalisais que ce moment volé ne m’appartenait pas. La culpabilité refaisait surface et le prénom d’une jeune rousse venait me poignarder la tête brusquement. Pourtant je m’en foutais, je n’aurais pas pu m’en foutre plus dans cette seconde, non car je réalisais ce que je ne voulais pas admettre. Mon cœur qui battait la chamade, mon âme qui ne faisait qu’une avec lui, ce sentiment qui me traversait la colonne dans des chocs incessant. Je ne voulais plus perdre une seule minute, je ne voulais plus jamais en être séparé, ni ne voulait savoir la réponse qu’il m’offrirait. Non, car j’aimais le diable, mais le diable ne pouvait pas aimer. Cette pensée me brisait une seconde, me sentant plus anéantie que je n’aurais du l’être, mais mon corps ne répondait plus de ma tête et nos lèvres se rencontraient de nouveau.

Je le poussais vers un des lits pour reprendre la place qui était mienne. La reine reprenait son trône et je m’assoyais sur lui collée contre sa peau. Ses mains se baladaient encore contre mon corps, je ne me pouvais plus, mes résistances tombaient au sol ne laissant que l’instinct et l’amour régner. Quand sa main vint caresser ma nuque je resserrais l’emprise que j’avais sur la sienne, ses cheveux entortillé dans mes doigts, je l’embrassais avec une fougue innommable. Le voilà qui se décrochait de mes lèvres, me laissant sans voix, ouvrant mes yeux immédiatement pour voir si j’avais posée un geste que je n’aurais pas du.

Il revint chercher mes lèvres, mais cette fois j’étais déstabilisée, moins pressante dans mes gestes. Je baissais ma main pour tenir son épaule que je décrochais mes lèvres, me réveillant de ce doux rêve passionné, réalisant l’ampleur de ce qui se produisait. Il était mien, j’étais sienne, mais malgré tout cela quelque chose n’allait pas. Je vacillais vers l’arrière en voulant me retirer, mais mon corps restait au même endroit, il ne voulait pas m’obéir.

«Alyssa… »

Soufflais-je à bout de souffle.

«Je ne peux pas lui faire ça…Je…Elle ne me le pardonnera jamais. Sam...je ne peux pas.»

Je réalisais, je me réveillais, mon regard le détaillait et je sentais que mon corps me suppliait de revenir à lui. D’être possédé à nouveau par ce démon jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de moi. Je ne pouvais me résoudre à écouter mes pulsions primaires, je ne pouvais simplement pas trahir mon amie, nous étions en froid certes, mais tout s’arrangerait. Deux secondes s’étaient espacés depuis ma parole et le cœur déchiré je me séparais de lui physiquement. Je me retrouvais vacillante sur mes pieds, mon corps avait de la difficulté à retrouver son équilibre. Je sentais une boule de panique monter doucement dans ma gorge, je m’en voulais, mais si je perdais Alyssa je perdais tout ce qu’il me restait de famille. Je levais alors mon regard vers lui, ignorant ce qu’il ferait, inquiète pour une raison que j’ignorais encore.





code by bat'phanie

_________________
Promise me this is forever
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samuel J. Rosenwald
Démon
Messages : 105
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Mer 6 Sep 2017 - 19:19


He's always been there for me ...

Jessyka & Samuel

Chacune des caresses qu’elle faisait sur ma peau était comme une découverte, je frissonnais doucement à chacun de ses contacts. Mon corps me criait de continuer ainsi et de ne jamais la laisser partir. Mon âme se sentait enfin entière et pour une fois je pouvais dire que je ressentais quelque chose pour une personne autre que ma sœur jumelle. Mon cœur accélérait doucement dans mon torse, je me sentais complet et dès que mes lèvres se posaient sur celle de Jessyka je me surprenais à espérer que cela ne s’arrête jamais. Je souhaitais vivre et revivre ce moment toute ma vie durant. Présentement je ne ressentais ni le besoin de vivre et encore moins celui de respirer. Elle était mon oxygène et ma raison de rester sur cette planète maudite. Au bout de quelques minutes dans le gymnase, j’avais pris la décision de nous transporter à l’infirmerie. Je ne comptais pas profiter de la présence des lits mais pouvoir la caresser dans une position confortable était toujours plus agréable. Je me permis cependant de la garder contre le mur quelques secondes de plus, jusqu’à ce qu’elle me fasse comprendre qu’elle souhaitait bouger.

Elle m’avait fait reculer jusqu’au moment ou mes jambes avait toucher le rebord d’un lit. Avec un léger sourire en coin je m’y étais laisser tomber pour y finir en position assise. Nos corps s’attirant encore une fois comme des aimants, elle vint me rejoindre en s’assoyant sur moi. Je ressentis un nouveau frisson me traverser à ce moment cependant, je ne pouvais pas simplement me laisser aller à mes pulsions. Je ne voulais pas la brusquer, je ne voulais pas lui donner l’impression que je la caressais que pour pouvoir profiter de son corps. Sa chaleur me manquait à chacune des secondes qu’elle passait loin de moi, son parfum me donnait l’impression de flotter sur un nuage mais ce que j’aimais le plus, c’était de sentir son cœur battre avec le mien. Les secondes passaient lentement alors que nos corps entraient dans une danse sensuelle. Malheureusement cela n’allait pas durer autant que je l’aurais voulu. Lorsque j’ouvris les lèvres pour lui parler, elle me laissa revenir à ses lèvres mais je pu sentir immédiatement que quelque chose n’allait pas. Elle fini par briser notre baiser. Je la regardais en silence, tentant de comprendre pourquoi elle se sentait aussi détruite tout d’un coup.

Sa voix ce fit entendre dans un murmure et alors mon corps ralenti soudainement. Pourquoi prononçait-elle le nom de ma sœur cadette à cet instant précis ? Pourquoi mes paroles l’avaient déstabilisé à ce point ? Je continuais de l’observer en silence, tentant encore et toujours de comprendre. Sa voix ce fit alors entendre de nouveau. Elle était conne ou quoi ? Elle préférait garder une amitié plutôt que de conserver ce qu’elle aurait pu avoir avec moi ? Je senti presque aussitôt mon sang bouillir sous la colère qui venait de naitre en moi. Jessyka se releva alors, créant une distance entre nos corps que j’aurais préféré qui n’apparaisse jamais. Elle me manquait déjà mais mon sentiment de colère me faisait ignorer complètement mon cœur pour le moment. Je me relevai à mon tour.

« Attend t’es sérieuse là ? »

Mon ton de voix était froid et colérique. On pouvait facilement y percevoir que j’étais très mécontent de ce qu’elle venait tout juste de m’annoncer. Je resserrai les poings pour éviter de détruire quelques choses ou encore de blesser quelqu’un. Ma peau était devenu brulante sous le coup de la colère. Je n’arrivais pas à y croire.

© Grey WIND.

_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessyka A. Danvers
Sorcier
Messages : 133
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Jeu 7 Sep 2017 - 14:19


He's always been there for me when i needed him
Jessyka&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

De l’amour il y en avait à profusion dans cette infirmerie. Je ne pouvais plus me séparer de lui, quel que soit cette force mystique qui me possédait, je ne voulais pas qu’il me lâche. Chaque seconde qui passait m’était douloureuse quand je devais reprendre des bouchées d’air. L’air me brûlait les poumons à un point que j’avais l’impression que ce n’était plus nécessaire. Je n’avais besoin que de lui, nos cœurs battant à l’unisson, le reste n’était que provisoire. J’inspirais donc doucement son odeur en partageant de nombreux baiser avec lui. Si je n’aurais eu de retenu je lui aurais déchiré son chandail pour toucher à son corps une nouvelle fois. Si deux semaines sans lui me semblaient une éternité, que serait une vie sans l’avoir connu? Non, je ne pouvais m’imaginer cette vie vide que j’aurais eue, cherchant toute une vie durant cette âme qui me ferait vibrer jusqu’au plus profond de mon être.

Assise sur lui je l’embrassais avec une fougue presque sauvage, frissonnant d’envie, ne désirant jamais que ses lèvres ne quittent les miennes. Pourtant quand il se séparait de moi, me laissant surprise et presque choquée, il dit des mots qui vinrent provoquer un dur réveil en moi. Il se disait entièrement à moi, mais ce n’était pas le cas, car s’il était mien je ne le partagerais jamais. Je me serais laissé enivrer dans l’éternité, ne demandant qu’à mon cœur de battre encore et toujours et je ne l’aurais jamais relâché. J’inspirais difficilement en décrochant mes lèvres des siennes, mon corps me priant de ne pas écouter ma fidélité, mais comment pouvais-je faire cela?

J’ignore pourquoi ces mots en particuliers m’avaient sortie de ma transe, mais quelque chose m’avait rappelé que même quand les nuages étaient les plus sombre Alyssa venait toujours me rejoindre avec son parapluie avant qu’elle ne s’effondre sur nous. Elle était ma sœur, il était son frère, je ne pouvais pas l’aimer avec une telle complicité sans qu’elle ne l’ait connu comme je le connaissais. Elle serait si heureuse, me dis-je, il n’était en rien ce portrait qu’elle avait eu de lui. Il n’était pas que cruauté, que haine, il pouvait être fait d’amour et de tendresse. Il suffisait de voir derrière l’apparence de dur qu’il se donnait, il suffisait de voir cet aura de pureté qui flottait autour de lui, attendant d’enfin le rejoindre. Il était bon, me disais-je, le reste n’avait pas d’importance.

En me séparant de son corps je me retrouvais chancelante, le corps frêle, mon corps se remettait difficilement de cette séparation subite. Je respirais quelques mots, il m’était difficile de les prononcer, mais ils étaient le reflet de mes valeurs. Ces pulsions primaires étaient forte, envahissante, mais qui j’étais le surpassait toujours. J’avais cette impression étrange de voler son frère, cette impression de trahison ultime qui serrait mon cœur avec des griffes acéré, je ne pouvais même pas comprendre d’où me venait cette impression. Une partie de moi me disait qu’il n’y avait rien de mal à l’embrasser, à le laisser être mien, en moi comme il le voulait. Cette même partie avait envie de trembler sous son touché, de devenir sauvage, indomptable et n’être qu’uniquement soumise à ses mains. Malheureusement pour moi une plus grande partie de qui j’étais me disait de quitter son corps à l’instant même. Je le regrettais immédiatement, mon corps le désirait, mais j’apposais une main à mon front pour me retenir.
Quand j’entendis sa voix résonner, je le regardais surprise, croisant immédiatement mes bras et reculant d’un pas. Je ne comprenais pas ce qui lui prenait soudainement, je baissais les yeux pour le voir resserrer les poings et relevait mon regard vers lui.

«Pourquoi te mets-tu en colère? »

Furent les seuls mots qui réussirent à sortir de ma gorge. De tout ce que je voulais dire, de tout ce qui me passait par la tête, ce ne fut que ces mots qui sortirent de moi. Je le regardais déboussolée, ma voix chancelante comme mon corps, pourquoi devenir si froid soudainement envers moi. Il ne pouvait pas réellement être en colère parce que je respectais mes valeurs non? Puis, je n’étais pas assez téméraire pour coucher avec lui dans cet endroit, peut-être que c’était une bonne idée finalement que je brise notre fusion. J’essayais de me convaincre, ce n’était pas naturel, ce n’était qu’à cause du pacte, mais chaque fois que je replongeais mon regard dans le sien je prenais peur de la vérité. Elle était si évidente, si présente, j’étais tombée amoureuse de lui dans ce lit du couvent alors que la vie le quittait. J’étais amoureuse du diable en personne, convaincue qu’il ne pourrait jamais ressentir la même chose que moi, voilà ce qui me faisait le plus peur. Je serais seule, par sa faute, car aucun autre ne m’offrirait la même passion qu’il m’avait offerte. Je ne cessais de quitter ses yeux, effrayée de sa colère, de ce qu’il pourrait faire…


code by bat'phanie

_________________
Promise me this is forever
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Samuel J. Rosenwald
Démon
Messages : 105
Date d'inscription : 31/07/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Ven 8 Sep 2017 - 21:59


He's always been there for me ...

Jessyka & Samuel

Le moment exact ou ses lèvres avait quittés les miennes avaient été horrible, remplit d’incompréhension et de douleur. Je ne comprenais pas comment elle pouvait si facilement se séparer de mon corps alors que mon âme mourrait des qu’elle n’était pas en contact avec moi. Je l’avais regardé avec au tout début une légère surpris de la voir si soudainement changer complètement de comportement en ma présence. Nous étions enlacés moins de cinq secondes auparavant, on pouvait sentir le désir, l’amour, l’envie de tout oublier et puis soudainement il n’y avait plus rien. Je l’avais observer se relever, impuissant face à ce qu’elle venait tout juste de me jeter au visage. J’étais, sur le coup, rester assis sur le rebord du lit, à observer les signaux contradictoires que son corps me lançait avec désespoir. Je ne la comprenais pas du tout. Je ne comprenais pas pourquoi soudainement elle avait ainsi changée d’idée. Cependant, ce qui me blessait le plus dans toute cette situation, c’était la raison qu’elle venait tout juste de me donner sur la raison du pourquoi elle ne pouvait pas se permettre ce qu’elle était en train de faire. Comment pouvait-elle préféré une relation amicale encore détruite à un homme qui venait tout juste de lui offrir son corps en entier sans aucun souci ni honte. C’était comme si elle croyait que de devoir accepter que je lui appartienne, c’était aussi accepté que ma relation serait toujours plus belle avec elle qu’elle ne le serait jamais avec mes deux sœurs. Je n’arrivais cependant pas à garder mon calme.

Redressant mon corps rapidement pour me mettre en position verticale, je l’avais regardé froidement avant d’ouvrir les lèvres, laissant sentir ma colère dans mes paroles. Je bouillonnais littéralement de rage de me faire ainsi jeté pour une raison aussi stupide que celle-ci. Elle n’avait pas le droit, elle ne pouvait pas. Me repousser aujourd’hui, alors que je venais tout juste de lui démontrer clairement que je la voulais en entier, que je souhaitais tout connaitre d’elle sans avoir honte sur aucun détail, c’était la goutte qui faisait déborder le vase. Mes poings s’étaient refermés sur eux même sous le coup de la colère. Je pu sentir que mon soudain changement de comportement faisait légèrement peur à la jeune demoiselle mais sur le coup je n’en avais absolument rien à foutre que je lui fasse peur ou non. Elle ouvrit alors les lèvres, me demandant la raison de ma soudaine colère. Cette question complètement stupide me mit encore plus en colère. Je ne pu me retenir et mon poing termina sa course dans le mur, y laissant un trou plutôt impressionnant. Je relevai alors les yeux vers elle.

« Tu me demande vraiment sa ?! »

Ma voix s’éteint alors que je reculais de quelques pas, laissant une distance plus grande entre nous deux. Puis, au bout de quelques secondes j’ouvris les lèvres de nouveau.

« Je suis en colère car moi je t’aime »

Ma voix était glaciale mais on pouvait y percevoir une impressionnante vérité. Je ne pouvais pas lui dire cela autrement car c’était ce que je ressentais au plus profond de mon être. Mais la colère me fit alors ouvrir de nouveau les lèvres sans que je ne puisse réfléchir.

« Mais maintenant sa n’a plus d’importance … tu ne me reverras plus … »

Sans attendre une réaction de sa part je disparu de l’infirmerie, apparaissant une nouvelle fois dans ma chambre. Je me laissai tomber sur mon lit, passant mes mains sur mon visage. J’étais complètement détruit de l’intérieur. Je ne lui pardonnerais pas une trahison aussi cruelle.

© Grey WIND.

_________________
I don't need your fuckin redemption
The devil is real. ▬ and he isn't a little red man with horns and a tail.He can be beautiful because he's a fallen angel and he used to be God's favorite.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jessyka A. Danvers
Sorcier
Messages : 133
Date d'inscription : 27/08/2017

MessageSujet: Re: He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess  Ven 8 Sep 2017 - 22:49


He's always been there for me when i needed him
Jessyka&Samuel  
▴▽▴⟁▴▽▴

Depuis plus de six mois je n’étais plus vivante. Je vivais oui, mais je ne voyais plus d’importance à cette vie, j’étais condamnée à un destin dont je refusais l’existence. Pourtant tout ce que je pouvais dire était que j’allais survivre, que c’était ce que je savais le mieux faire, que tout irait bien. Dans les six derniers mois j’avais marchée dans les mêmes rues, j’avais dormi dans le même lit, mais je n’étais plus la même personne qu’au début. Ma vie s’était effondrée par la faute d’un démon et l’univers avait décidé qu’il voulait rire de moi une bonne fois de plus puisque c’était un démon qui m’avait relevée alors que j’avais deux pieds dans la tombe. Comment ? Pourquoi ? Est-ce que les questions devaient avoir des réponses et si oui qu’est-ce que cela apporterait de plus? Je ne voulais pas les réponses à mes questions puisqu’elles apporteraient encore plus de questions. J’avais voulu que tout s’arrête pendant six mois, j’avais voulu simplement ne rien ressentir et oublier ce qui s’était produit. Puis quand je l’avais rencontrée j’avais eu plus de sentiment en ces quelques semaines que dans toute ma vie. Tous ces sentiments qui me traversaient me faisait vivre pour la première fois, car je n’avais jamais vécu avant notre rencontre, en si peu de temps il avait chamboulé ma vie entière.

Pourtant tous ces sentiments étaient de trop, car ils ne me semblaient pas miens, comme si je ne les méritais pas. Après tout ce qui s’était produit dans ma vie, le mal que j’avais causé en acceptant ce contrat, en laissant mon âme se corrompre m’interdisait cet amour enivrant. J’avais désobéi à ma grand-mère, contre toute attente j’avais invoqué un nouveau démon, notre liaison fut de ma faute. J’avais donc provoquée ces sentiments qui me transperçaient la peau avec une tendresse que je ne pouvais gérer. J’avais tellement peur de briser ce moment, de briser cet amour qui débutait, mais il me rendait si heureuse que je me tentais tout de même en l’embrassant. Il me faisait vivre à chaque baiser, chaque caresse et je lui redonnais sa vie en lui partageant la mienne. Si j’aurais pu lui redonner son humanité de mes baisers je l’aurais fais en me foutant des conséquences. Mon cœur battait si fortement dans ma poitrine, j’avais cette impression d’être au bord d’une crise cardiaque, cette impression que rien ne serait jamais meilleur que ce moment.

Un instant volé, un instant qui n’était pas mien, un instant que je ne méritais pas. Quand le rêve se terminait, quand je me réveillais subitement, le sentiment d’abandon vint me prendre par la gorge. Je me sentais coupable de m’être séparée de lui, coupable d’être si loin alors que tout en moi me suppliait d’y retourner. Je ne pouvais pas, je ne pourrais pas, car s’il était mien jamais nous ne sortirions de cette infirmerie. Nous allions vivre ici, mourir ici, je n’aurais même pas laissée Alyssa le connaître puisqu’il aurait été mien. Pourtant, elle méritait plus que quiconque de savoir la vérité, de connaître sa famille. Elle ne me pardonnerait jamais, je ne pouvais vivre dans cette réalité, ce monde ou ma meilleure amie me détesterait pour avoir aimée son frère. Mon bonheur n’était rien comparé au sien, c’était ça être une amie, c’était se sacrifiée même quand on en a absolument pas envie.

Sa colère suite à notre séparation me déstabilisait. Il ne comprenait pas ma loyauté, il ne comprenait pas pourquoi je la choisissais avant lui, mais je voulais qu’il comprenne. Je voulais qu’il sache que s’il avait été vivant, si je l’avais rencontré trente ans auparavant je l’aurais aimé et je me serais foutu du reste. Pourtant il était mort, pas seulement mort mais un démon, toute cette tendresse que je ressentais de lui n’était que son jeu. Il voulait s’amuser, je n’étais qu’une parmi un millier, je n’avais rien de plus que les autres. Je ne pouvais donc m’y abandonner, me laisser aimer, me laisser détruire sans ne rien dire.

Quand sa voix brisait le silence et vint dire ces quelques mots je fus en choc. Muette, sans voix, j’ouvrais la bouche pour parler, mais il me coupait à nouveau. Tu ne me reverras plus…

«Sam Attend! »

Mais il disparaissait en un clignement d’œil. Me laissant dépourvu de réplique de mot, une main lasse qui tentait d’agripper le vide et un cœur en miette. Il m’aimait…mais le diable ne pouvait aimer…

FIN



code by bat'phanie

_________________
Promise me this is forever
You and I, we're messy and complicated, but we’re real▬ You put me in a position where I have to defend you. Again. Where I have to bend my morals. Again. Where I have to go against every single thing that I believe in. Again! Because I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
He's always been there for me when i needed him - Sam&Jess
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» descente d'auditoire
» Les legos HARRY POTTER de Jess
» Le tutorat de Jess Greenberg
» Siège auto dos à la route RF SANS Isofix jusqu'a 18kg min
» Muffin déjeuner à la Jess

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
. :: Colombie-britannique, Vancouver :: Oakridge :: Vancouver Private High School-
Sauter vers: